Se filmer en train de lire les commentaires malveillants reçus en ligne : de nombreux youtubeurs et youtubeuses se livrent à cet exercice surprenant. Une façon de rendre visible la haine en ligne, mais aussi de tourner en dérision les insultes.

Une flopée d'insultes : voilà ce que je vous propose aujourd'hui. Histoire de commencer la journée du bon pied ! C'est une habitude que j'ai repérée sur Youtube. Il arrive souvent que des Youtubeurs et des Youtubeuses se filment en train de lire face à la caméra les commentaires qu'ils reçoivent à chaque nouvelle vidéo. Pas n'importe quels commentaires. Seulement les méchants. Voici par exemple un extrait d'une vidéo de Fabien Olicard : un mentaliste passionnant suivi par un million et demi d'abonnés.

Encore un abruti qui ne sait pas quoi faire de son chômage. (...) Tes vidéos sont nulles, pas étonnant de la part d'une merde comme toi.

N'est-il pas un peu maso de faire de la publicité aux commentaires malveillants ? C'est ce qu'on pourrait se dire, en effet. Mais comme beaucoup de vidéastes, français et étrangers, se sont livré à cet exercice, il y a forcément d'autres explications. La première, c'est de rendre ces horreurs plus visibles. On parle beaucoup de la haine en ligne (surtout depuis que la loi Avia, qui est en ce moment en deuxième lecture à l'Assemblée, entend lutter contre), mais sait-on vraiment la place qu'elle prend ? Personne ne lit tous les commentaires sous une vidéo, aussi est-il important, de temps en temps, de montrer le pire, de montrer la violence. C'est une manière pour le Youtubeur ou la Youtubeuse de rappeler à son public que les commentaires ne sont pas criés dans le désert : ils sont lus et peuvent être très douloureux à encaisser.

Commentaires sous pseudo

La vidéaste qui se fait appeler "Solange te parle", quant à elle, a eu une idée étonnante : elle a tourné une vidéo dans laquelle elle répète à son chien les insultes qu'elle a reçues. Le résultat est d'une violence inouïe. En regardant cette vidéo pleine de menaces de viol et d'appel au suicide, on ressent une peine immense pour le chien. Quelle meilleure manière de prouver l'abjecte violence des commentaires ? D'ailleurs je précise qu'ensuite, "Solange te parle" fait des mamours à son chien et lui demande pardon.

Ces messages sont souvent envoyés sous pseudonyme. Cela renvoie au débat récurrent de l’anonymat en ligne. Mais il est bon de rappeler que l’on peut demander à la justice de lever l’anonymat d’un internaute, c’est déjà juridiquement possible.

Renverser l'insulte

Rendre visible la haine en ligne, donc. Mais il y a une autre explication : il s'agit de renverser l'insulte. Comme Aimé Césaire qui assumait le mot "nègre". Comme les homosexuels qui emploient parfois les mots "PD" ou "gouine". Ces vocables sont bien des insultes, racistes, homophobes. Mais ceux et celles qui en sont victimes peuvent faire le choix de transformer le stigmate en fierté. 

Et puis c'est aussi, tout simplement, une façon de se moquer. Parce qu'une insulte est toujours pathétique. Regarder ces vidéos d'insultes déclamées face caméra, aussi étonnant que ça puisse paraître, peut donner la force d'encaisser les phrases malveillantes qu'on reçoit dans la vraie vie. Cela peut aider à prendre du recul, à souffler un bon coup, et prendre une insulte pour ce qu'elle est : juste une preuve de la nullité de la personne qui les formule. Sur ce, chers auditeurs, chères auditrices, je vous souhaite un lundi plein d'amour et de bienveillance, car vous le méritez, vous êtes formidables.

  • Légende du visuel principal: "Solange te parle" fait partie de ceux et celles qui ont rendu visible la haine reçue quotidiennement sur leur chaîne. © Capture d'écran, "Solange te parle", Youtube.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.