La Grande Librairie rend hommage à l'écrivain américain disparu hier en diffusant un entretien qu'il a accordé à François Busnel, dans sa maison du Connecticut, en 2014. Le monument de la littérature expliquait notamment pourquoi il avait arrêté d'écrire.

Philip Roth est sur France 5 ce soir. La Grande Librairie rend hommage à l’écrivain américain mort hier avec un documentaire passionnant, que je recommande autant aux fans de Philippe Roth qu'à ceux qui ne l'ont jamais lu. 

Exercice d'admiration

En 2012, l'auteur de la Tâche avait annoncé qu'il arrêtait d'écrire. Terminé. Son 31ème roman était le dernier. Il mettait fin aussi aux interviews, lui qui aimait si peu les micros et les caméras. Et il a accordé un dernier entretien à François Busnel, en 2014. Le documentaire repose sur cette rencontre, mais aussi sur tous les livres de Roth : François Busnel, dans un magnifique exercice d'admiration, dessine la biographie d'une œuvre littéraire. Une œuvre insolente, dérangeante, totalement libre, et dans laquelle les questions sont plus importantes que les réponses. 

Comme il est émouvant, ce monstre sacré de la littérature, assis dans son gros fauteuil, dans sa maison du Connecticut au milieu des arbres, avec sa barbe mal rasée, sa mine fatiguée et son regard pétillant d'ironie. Il parle de son rapport au scandale, de ses doutes, de ses incertitudes permanentes dans le processus d'écriture. Il explique aussi pourquoi il a arrêté d'écrire et la raison est désarmante d'humilité : il n'avais plus d'idée, son seau était vide. 

Évidemment, Philip Roth a conscience de son statut de monument, il s'en amuse et joue les faux modestes, mais il y a aussi une grande sagesse dans ses propos, et il est assez délicieux de l'entendre dire : je n'ai jamais été aussi heureux que depuis que je n'écris plus ! Il aura vécu huit ans sans écrire. 

Le théâtre de Sabbath

Le film est émaillé de lectures de courts extraits de ses romans, par le comédien Eric Elmosino, très inspiré. L'immense mérite de ce documentaire, surtout, c'est qu'il donne envie de lire à peine la télé éteinte. Moi qui ai lu certains romans de Roth, mais pas tous, je brûle désormais d'envie de me plonger dans le Théâtre de Sabbath, un roman, prévient François Busnel, qui conjugue l'indécence et le désespoir. Et qui, comme toute l’œuvre de Philippe Roth, sonde les soubresauts de l'Amérique. 

La grande librairie, spéciale Philip Roth, jeudi à 20h50 sur France 5. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.