Coup de projecteur sur "Girl in The Hallway", un court-métrage d'animation disponible sur la plateforme Tënk. Le récit d'un artiste-slameur qui voit l'une de ses jeunes voisines disparaître subitement.

"Girl in The Hallway", un documentaire primé et visible sur la plateforme Tënk
"Girl in The Hallway", un documentaire primé et visible sur la plateforme Tënk © capture d'écran

L'une des plus belles choses que j'ai vu cette année. Un ovni sorti de nulle part. Primé l'année dernière au Festival d'animation d'Annecy, Girl In The Hallway est disponible sur Tënk, une plateforme payante de vidéos à la demande qui héberge de très grands documentaires. Mais pas que. 

La preuve avec ce court-métrage d'animation sublime que Tënk, en partenariat avec France, vous offre durant 7 jours via ce lien

Girl in The Hallway, c'est l'histoire vraie d'une petite fille qui disparaît du jour au lendemain en Californie. C'est raconté par un slameur, Jamie Dewolf, qui se trouvait être le voisin de cette petite fille au moment de sa disparition. Et qu'on entend du début à la fin du film.

C'est le récit d'un artiste qui se retrouve au cœur d'un fait divers. 

Au cœur de l'emballement médiatique qui entoure la disparition de cet enfant. Son immeuble est assiégé par les caméras de télévision de tout le pays. Et pendant ce temps-là, le fantôme de la victime le hante toujours.

Parce qu'il s'en veut Jamie Dewolf et on l'entend dans sa voix. Il s'en veut parce qu'il croisait tous les jours cette petite fille dans le hall. Il savait bien qu'elle était seule, qu'elle était pauvre. Elle semblait en danger. Mais il n'a rien fait.

Un texte sur la culpabilité qui nous déchire le cœur

La culpabilité d'un homme qui a préféré fermer les yeux sur la détresse d'un enfant. Un texte qu'il jouait depuis longtemps sur scène et qui est sublimé à l'image par Valérie Barnhart, une illustratrice canadienne qui a réalisé ce court-métrage.

Gros coup de cœur pour l'animation de ce film. Vu de loin, ça a l'air assez basique, du stop motion en 2D, mais il y a un vrai boulot sur les ombres et sur les contours qui collent parfaitement avec la profondeur et la noirceur de ce texte. 

Et puis, c'est un film qui a une réelle musicalité. Le slam rythme les images et ces dernières prennent plus ou moins de place en fonction de l'avancée du récit. C'est un mariage entre deux formes artistiques qui fonctionne hyper bien. 

Je suis très content d'avoir pu regarder ce film. Je l'ai vu il y a une semaine déjà, il vit toujours en moi et je suis persuadé qu'il ne va pas me quitter de sitôt.

Profitez-en, c'est gratuit pendant une semaine, ça ne dure pas plus de 10 minutes et je suis sûr que vous serez aussi bouleversé que moi.

"Girl in The Hallway", un film à voir sur Tënk. Et gratuitement grâce à ce lien.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.