Ce soir à 21h55, Canal propose à ses abonnés « Les génériques de séries », un documentaire réalisé par le critique Olivier Joyard… C'est l’occasion pour Redwane Telha de nous diffuser des bouts de ses génériques de séries préférés.

Je vous préviens, ce n’est pas toujours fameux. On commence par celui que j’assume le moins : le générique de Notre Belle-Famille, sitcom américaine totalement stupide diffusée sur M6 à la fin des années 90. Je vous conseille de le regarder sur YouTube pour vous faire une idée du manque de considération que les chaînes de télé avaient pour les génériques à l’époque. Il ne servait qu’à présenter les acteurs principaux, qui défilaient chacun à leur tour avec leur plus beau sourire face caméra et ce, dès lors que leur nom apparaît à l’écran. 

C’était la fonction première du générique à l’époque : présenter les différents artistes qui avaient travaillé sur la série en question…

Mais ça n’a pas toujours été le cas. Le documentaire de ce soir nous apprend notamment que les génériques des premières séries américaines ne servaient qu’à mettre en avant des sponsors… La série The Guiding Light, par exemple, présentait une marque de savon. 

C’était en 1953. A l’époque, la fiction télé n’était pas considérée comme une discipline artistique, elle ne servait qu’à vendre des savons et autres produits ménagers aux mères de familles américaines qui étaient bien installées devant leur télé.

Et en réalité, ce n’est que 50 ans plus tard, lorsque les séries ont commencé à être véritablement considérées comme des œuvres à part entière, que les génériques sont devenus intéressants

Tous ceux qui ont vu la série Les Soprano se souviennent de son générique… Où l’on voyait Tony Soprano, dans sa voiture, quittant New York pour rejoindre son New Jersey…

Un générique mythique parce qu’il a été tourné comme une belle scène de cinéma et qu’il nous permettait de cerner de suite le personnage de Tony Soprano. Le générique était un élément essentiel de la série et plus un bidule marketing que l’on avait placé là sans trop savoir pourquoi. 

Tiens, en parlant de bidule marketing, et si on faisait un détour par Mad Men ? Ce générique est pour moi le générique le plus important de tous les temps. C’est simple : vous voulez comprendre Mad Men ? Regardez son générique, pas besoin de regarder les 7 saisons de la série, elles ne vous raconteront rien de plus que ce que l’on voit dans cette séquence : l’histoire d’un homme sans visage qui chute du haut d’un building et qui voit sa vie défiler le long d’affiches publicitaires, symboles du consumérisme à l’américaine.

Il est loin le générique qui servait à vendre du savon… C’est désormais une œuvre avant l’œuvre. Mais vous savez ce qu’est le plus triste dans tout ça ? Netflix propose désormais une option « ignorer le générique ».

Des années à subir le générique de Notre Belle Famille… Netflix n’était pas là. Et maintenant que le genre se porte bien, Netflix nous propose de nous en débarrasser. Je ne sais pas pour vous… Mais pour moi, c’est du sadisme.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.