Ce soir, Arte diffuse un documentaire consacrée à l'acteur Sylvester Stallone.

Sylvester Stallone, 73 ans dont 43 ans de carrière, icône absolue des années 80, un homme qui a changé radicalement le cinéma d'action américain. Il fallait bien qu'Arte lui refasse un jour le portrait. 

Stallone : profession héros, c'est le film de Clélia Cohen et Antoine Coursat qui va être diffusé ce soir. Et le titre en dit long sur celui que l'on surnomme Sly. Parce que Stallone, ce n'est pas qu'un réalisateur, ce n'est pas qu'un scénariste, ce n'est pas qu'un acteur, c'est un héros. Un héros américain. Rectification : pour être tout à fait précis, faut dire que Stallone ce n'est pas un héros, c'est même deux héros.

D'abord il y a... Rocky Balboa, le boxeur de Philadelphie que Stallone a créé et interprété toute sa vie. Une saga de 6 films  sur la vie d'un boxeur à la technique peu conventionnelle mais qui a marqué des générations entières de gamins. Il y a Rocky, donc, mais il y aussi...  Rambo, l'autre grand personnage de la vie de Stallone. Un vétéran de l'armée viril, bourrin, qui tire plus qu'il ne parle. À la fin de l'année, Stallone endossera d'ailleurs, le costume pour la cinquième et dernière fois de sa carrière. 

Rocky, Rambo, deux héros diamétralement opposés. L'un, Rocky, représente le rêve américain. Fils d'immigrés italiens, parti de rien et qui fini par décrocher les étoiles. L'autre, Rambo, symbolise l'Amérique du XXème siècle dans ce qu'elle a de plus sale. La violence, les armes, l'impérialisme brutal, bref le cauchemar américain.

Dans le documentaire de ce soir, ces deux figures, ces deux héros se croisent comme ils se sont toujours croisés dans la carrière de Sly. On apprend que ces deux icônes ont aussi façonné sa personnalité et son corps. C'est après avoir joué Rocky et Rambo que l'acteur s'est muté en Monsieur Muscles. Pour coller au mieux à l'image de surhomme que l'on avait de lui après ces films.

Sylvester Stallone, ce n'est pas qu'un corps c'est aussi une gueule...

Dans une des archives qui composent le documentaire, Sly dit qu'il a une gueule d'idiot. Je dirais plutôt qu'il a toujours eu une gueule buriné avant l'heure. On apprend dans le documentaire que cet air lui vient de l'utilisation des forceps à la naissance qui a changé à tout jamais ses expressions faciales. 

C'est aussi ça Stallone. Un homme qui s'est construit à partir de ces failles. Qui montre les muscles mais qui ne cache pas ses faiblesses. En un mot : un héros. 

Un documentaire à voir ce vendredi 26 avril à 22h30 sur Arte et en replay du 19/04 au 02/05

  • Légende du visuel principal: Sylvester Stallone sur le tournage de "Rocky II" © Getty
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.