Pour qui aime ces traditionnelles compilations de chutes, de fou-rires et de duplex ratés, les vacances de Noël sont un paradis. Pour les autres, voici une bonne manière de supporter les bêtisiers : réfléchir à ce que ces émissions racontent de notre lien à la télévision.

Le programme est toujours le même : des gamelles, des lapsus, des fou-rires, des bourdes, des problèmes techniques. Le bêtisier est une émission rassurante parce que traditionnelle et sans surprise. C'est l'une des fonctions essentielles de la télé : servir de doudou au téléspectateur ! Ce soir, il a le choix entre « les rois du bêtisier » sur France 2 » et le « grand bêtisier de Noël » sur C8.

Gourmandise régressive

Éloge du bêtisier, donc. D'abord parce que le mot est charmant ! Dans bêtisier il y a bêtise. On pense immédiatement à Sabine Paturel et à Henri Dès. Rien à voir avec « la bêtise », synonyme de manque d'intelligence. « Deux choses sont infinies, disait Einstein : l'univers et la bêtise humaine ». Non, les bêtises, c'est un truc de gosses : on ne dit jamais d'un adulte qu'il a fait une bêtise. D'ailleurs, quand un enfant en fait une, on est censé le gronder, mais la plupart du temps, il faut surtout se retenir de rire devant lui, pour ne pas l'encourager. (Non, ce n'est pas bien d'avoir emballé ton petit frère des pieds à la tête dans du papier toilette, mais c'est très marrant). Le bêtisier, c'est un plaisir lié à l'enfance, une gourmandise régressive. 

La télé fait son carnaval

L'un des ingrédients principal de ces émissions, la séquence incontournable, c'est le fou rire. Et le fou rire, c’est la vraie vie qui s’invite dans le spectacle codifié de la télévision. Il nous rappelle que ces gens dans le petit écran sont des vrais gens, qui peuvent parfois perdre le contrôle. Le fou rire est contagieux, c'est bien connu, mais quand on y pense, il est assez extraordinaire que cette contagion opère aussi via l'écran de la télévision. Si le rire est bien le propre de l’homme, alors les bêtisiers sont un lien entre nous et les journalistes ou animateurs télé. Le fou rire révèle, et ce n’est pas rien, tout ce que peut avoir d’artificiel la télévision tout le reste de l’année.  

Finalement, le bêtisier, c'est la télé qui fait son carnaval. Le carnaval se moque de tout le monde, des notables comme du peuple, tout le monde est au même niveau derrière son masque. A ce titre là, le bêtisier est bien un genre télévisé en soi, et surtout pas une émission de remplissage ! Dans les bêtisiers, les animateurs les plus célèbres, les plus appréciés, se montrent fragiles, vulnérables : peut-être a-t-on besoin de cette fragilité apparente pour supporter le pouvoir social que leur confère la télévision le reste de l'année.

"Les rois du bêtisier 2017", ce soir à 20h55 sur France 2. "Le grand bêtisier de Noël", à 23h15 sur C8. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.