Ce soir à la télé : du cinéma sur France Ô... Malheureusement, on ne parle pas d'une fiction ayant pour décor l'outre-mer mais bien de Selma, un film de la réalisatrice Ava Duvernay racontant Martin Luther King à travers un événement majeur de la lutte pour les droits civiques, à savoir la Marche de Selma.

Et cette diffusion est symptomatique d’un mal dont souffre France Ô depuis sa création. On le rappelle, la chaîne arrêtera d'émettre dans quelques mois et c'est triste de voir qu'elle n'ait jamais pu affirmer sa ligne éditoriale, à savoir : raconter la diversité de notre territoire.

Preuve en est avec le film de ce soir. Quel est le rapport entre Martin Luther King et l'outre-mer, hein ? Moi, je crois avoir mon idée... Pour France TV, France Ô est la chaîne où l'on doit voir... des Noirs. Qu'ils soient nés à Pointe à Pitre ou à Atlanta importent peu...

Toujours est-il que l'on vous recommande de regarder Selma ce soir…

Juste dommage que le film ne soit pas diffusé sur France 2, LA grande chaîne généraliste de France Télévisions où il aurait eu sa place et où il aurait pu toucher plus de monde. Parce que Selma est un film important et ce pour deux raisons :  

  1. D’abord, parce qu’il aborde la question de la Marche de Selma à Montgomery contre les lois Jim Crow, des lois qui permettaient la ségrégation raciale et entravaient, notamment, l’accès au droit de vote aux Noirs. Cette manifestation qui fut réprimée très violemment par la police  nous permet de raconter un Martin Luther King en proie au doute et à la peur. Un Martin Luther King bien plus réel, en somme, que la caricature angélique à laquelle on le réduit parfois. Le pasteur est présenté ici comme un leader qui souffre. Une manière de rappeler que son fameux rêve a toujours été entravé la violence du réel.

  2. Mais je vous conseille de regarder Selma, aussi et surtout pour la portée symbolique qu’a eue ce film au moment de sa sortie en salles en 2014. Ecrit et réalisé par Ava Duvernay, une femme noire. Produit par Oprah Winfrey, une femme noire. Porté à l’écran par un casting majoritairement noir. Et à la BO, deux stars de la black music : John Legend et Common.

Vous l’avez sans doute oublié mais c’est la non-nomination d’Ava Duvernay, réalisatrice de Selma aux Oscars 2015 qui avait entraîné le mouvement sur les réseaux sociaux #OscarsSoWhite, dénonçant le manque de diversité lors de la prestigieuse cérémonie. 

Selma, c’est un film qui raconte la lutte et qui devient, malgré lui, le symbole de nouveaux combats. Juste pour cela, il vaut la peine d’être vu.

Légende du visuel principal:
Photo du film "Selma" (Ava DuVernay, 2014) © Atsushi NISHIJIMA - © Plan B Entertainment / Cloud Eight Films / Paramount Pict
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.