Combien sommes-nous à regarder cette émission de télé-achat avec plaisir, sans aucune intention d'acheter quoi que ce soit mais sans se moquer non plus ? Juste pour avoir l'impression d'être au milieu d'un marché, face à d'excellents camelots.

C'est une émission diffusée à 8h30 du matin. Je sais, à cette heure-ci, vous écoutez France Inter. Mais faites un effort, pour une fois ! Téléshopping fête ses 33 ans. Un nouveau générique a été inauguré pour l'occasion, beaucoup plus pêchu que l'ancien.

Bizarre, de fêter les 33 ans : pas très rond, comme âge. Mais je choisis d’y voir une preuve d’audace. TF1 a prévu une émission spéciale ce samedi 29 février et célèbre déjà l’anniversaire toute la semaine avec des promos. Cette émission de télé-achat a débarqué sur TF1 en 1987, importée des États-Unis par Pierre Bellemarre. Aujourd’hui, Marie-Ange Nardi et Alexandre Devoise sont aux commandes : elle depuis dix ans, lui depuis six ans, et ils n’ont rien perdu de leur enthousiasme. 

Grâce à leur aiguiseur formidable, on peut découper une escalope surgelée avec un couteau à beurre ! Plus c'est inutile et plus c'est beau. Pourquoi ça fait de l'effet ? Tout simplement parce  qu’on se croirait au marché, devant les meilleurs des camelots. Que ce soit pour nous vendre un oreiller magique ou un épilateur, les deux animateurs au sourire inusable rivalisent de superlatifs. L’art du télé-achat, c’est celui de la tchatche, du cabotinage, des  boniments : appelez-ça comme vous voulez, mais c'est un vrai talent. Je me souviens d’un vendeur de vaisselle sur un marché, qui faisait mine de casser ses piles d'assiettes si on ne les achetait  pas : le spectacle était épatant. "Prenez-les ou je casse tout !" On a tous et toutes des souvenirs de camelots, que cette émission ravive. 

Hypnose collective

Au marché, quand la prestation est bonne, cela crée un attroupement de badauds, et on assiste à une espèce d’hypnose collective. Eh bien c’est exactement la même chose qui se passe le matin sur TF1. Non mais vous avez vu ce fer à repasser sans fil ? Une capacité de 162 grammes par minute, tout de même ! Je ne sais pas du tout ce que ça veut  dire, mais je suis épatée. D’autant qu’il a une semelle en céramique avec pointe de précision. 

Petites misères du quotidien

Dans l’émission d’hier, il fut aussi question d’un aspirateur, d’un découpe-avocat (hyper pratique pour retirer le noyau) et d’un appareil à crêpe parfaite (une poêle incurvée qu’on trempe directement dans la pâte à crêpe, sans se servir de louche!) Quel est le point commun entre tous ces objets ? Les références domestiques : voilà le liant de Téléshopping. À chaque démonstration, les animateurs expliquent qu’ils ont les mêmes problèmes que nous chez eux, et ces petites misères du quotidien nous rapprochent. Ajoutez à cela une bonne dose d'autodérision et du talent pour se mettre en scène avec l'objet à vendre, et vous obtenez la  technique de base des bons démonstrateurs sur les marchés.   

Évidemment que le prix est aussi un sujet. Peut-être même y a-t-il parfois des arnaques, dans cette émission. Mais je suis sûre de ne pas  être la seule à la regarder sans jamais rien acheter, et sans me moquer pour autant. Juste pour admirer le talent des  camelots. D’ailleurs ce n’est jamais Marie-Ange Nardi qui parle d'argent. Enfin, la télévision offre des atouts que n’ont pas les  vendeurs des foires et des marchés : la musique ! L’habillage musical permet un rythme qui tient en haleine et prolonge l’hypnose collective. Comment expliquer, sinon, qu’on regarde un spot de pub géant qui dure presque une heure? Allez promis, je ne casserai pas des piles d'assiettes, même si vous ne regardez pas. Chacun son métier.

  • Légende du visuel principal: Marie-Ange Nardi et Alexandre Devoise sur le plateau de Téléshopping. © Téléshopping
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.