L'émission d'Elise Lucet sur France 2 nous plonge au cœur du système de notation expérimenté dans une quarantaine de villes chinoises. Glaçant.

On se croirait dans un film de science-fiction, et pourtant c’est la réalité, aujourd’hui. Le reportage d’Elise Menand et Antoine Vedheille diffusé ce jeudi 26 septembre dans "Envoyé Spécial" (France 2) se penche sur le « crédit social » : un programme d’Etat qui est expérimenté en ce moment dans plusieurs villes chinoises et qui repose notamment sur un système de notation. Si vous êtes filmé(e) en train de traverser au feu rouge ou de jeter un papier par terre, vous perdez des points. Mais si vous vous rendez utile, par exemple en donnant votre sang ou en dénonçant un délinquant à la police, vous en gagnez. 

Des journalistes surveillés

Evidemment, plus vous avez de points, mieux vous serez traité(e). Une bonne note permet par exemple d’avoir un accès coupe-file aux administrations, ou d’aller à l’hôpital sans payer de caution. Les citoyens mal notés, eux, voient leur photo affichée dans les rues de la ville pour les humilier. 

Nous voici à Rongcheng, 700.000 habitants, l’une des villes où est testé le crédit social. Comment connaitre sa note ? C’est très simple : il suffit de se rendre à la mairie, où sont installées des bornes automatiques. C’est ce que fait ce couple, monsieur et madame Whei. Une banale histoire d’excès de vitesse a fait perdre quelques points à monsieur, mais rien de grave : ce couple aura droit à un crédit. La banque se base en effet sur la note pour se décider. Monsieur Whei explique ensuite face caméra que ce système de notation est formidable : cela incite les gens à devenir de bons citoyens. Et puis c’est de sa faute s’il a perdu des points, il a mal agi. 

Des réponses qui ne sont peut-être pas très spontanées ! C’est tout le problème quand on fait un reportage en Chine : les services de propagande et de sécurité ne sont jamais loin. Et c’est là, d’ailleurs, que ce reportage devient vraiment captivant : il montre les coulisses du tournage. On voit les membres du parti communiste interrompre l’interview, pourtant anodine, d’un autre monsieur très bien noté. Et à partir de ce moment-là, les journalistes sont suivis partout. 

Une caméra de vidéosurveillance pour sept habitants

Les deux journalistes parviennent ensuite à changer de voiture pour poursuivre leur reportage sans être surveillés. Mais ça ne dure pas longtemps : dans un village voisin, un habitant les dénonce, sans doute pour faire grimper sa note, justement. L’inquiétude grimpe également quand les téléphones de la journaliste se déchargent soudainement, de façon spectaculaire : plus de batterie du tout en l’espace de quelques secondes. C’est la preuve d’une activité démesurée sur le téléphone, d’après les spécialistes consultés : sans doute un piratage. Et tout a été fait pour qu’elle le voie. Comme un parfum d’intimidation... 

Autre moment saisissant de ce reportage : l’interview de l’homme qui a inventé ce système de notation. Il explique calmement que l’ambition est de « d’atteindre le niveau de civilité des pays développés ». A ce degré de cynisme, on en est bouche bée. Le crédit social est testé dans une quarantaine de villes et doit être généralisé à partir de l’an prochain.

Les défenseurs des droits de l’homme craignent maintenant que le pouvoir mette la main sur toutes les données des entreprises privées, dans un pays où le moindre paiement se fait par téléphone. Dans un pays, surtout, qui est à la pointe de la technologie en termes de reconnaissance faciale et de vidéosurveillance (une caméra pour 7 habitants). Ils craignent que la Chine devienne le premier régime totalitaire numérique.

« Chine, tout est sous contrôle ». Reportage à voir dans « Envoyé Spécial » jeudi 26/09 à 21h10 sur France 2.

  • Légende du visuel principal: Les "mauvais citoyens" voient leur portrait affiché partout dans la ville... © Envoyé Spécial / France 2
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.