Un documentaire diffusé sur France 2 raconte l'incroyable diversité des stratégies animales pour chasser une proie. Avec des images à couper le souffle et la douce voix de conteur de François Morel.

Ce n'est pas un documentaire animalier parmi d'autres. C'est un film exceptionnel. D'abord parce qu'il est produit par la BBC, et que les Anglais sont des orfèvres en la matière. Ensuite parce que vous connaissez celui qui prête sa voix à la version française ... François Morel ! Je sais que les auditeurs de France Inter jubilent quand ils l'entendent à la télé : j'avais reçu beaucoup de courriers enthousiastes après avoir conseillé un documentaire auquel il prêtait sa voix. Ne boudez pas votre plaisir, il excelle ce soir dans "Prédateurs". 

Délicieux suspens

Pas très original, me direz-vous : on ne voit que ça dans les films de bestioles ! Mais là, les images sont vraiment à couper le souffle. Elles sont tournées au plus près de l'action. Les courses-poursuites entre le prédateur et sa proie n'ont rien à envier aux films hollywoodiens.

Ce qui est passionnant, c'est la palette des stratégies. Dans la jungle brésilienne, en Arctique ou dans la savane africaine, ce film montre comment chaque prédateur, en fonction de ses capacités et de son environnement, va élaborer une tactique différente. La mante religieuse frappe à la vitesse de l’éclair tandis que le tigre chasse avec la discrétion d’un fantôme. Et je ne vous parle pas du caracal, un félin dont les pattes arrières sont plus longues que les pattes avant, ce qui lui permet de sauter à trois mètres de hauteur pour s'attaquer aux oiseaux. Tous font preuve d'une imagination impressionnante. Mais dans la plupart des cas, ça ne marche pas ! Le mérite de ce documentaire, c'est de montrer aussi les échecs, d'en montrer même beaucoup, avec un vrai talent de scénario, à grands renforts de musique. Le suspens est délicieux et la voix de conteur de François Morel l'entretient à merveille. 

Tout est fait pour nous tenir en haleine : des images vues du ciel, des ralentis ou encore des time-lapse (procédé qui consiste à installer une caméra quelque part pendant plusieurs jours ou plusieurs semaines et à diffuser les images en accéléré). 

Les puristes du documentaire seront sans doute gênés, il trouveront que ce film à grand spectacle dénature la réalité. Le dilemme est toujours le même quand on filme la nature : comment concilier le réalisme du documentaire et l'impératif de divertissement? Mais la construction d'un récit n'empêche pas d'apprendre beaucoup de choses et de s'en mettre plein les mirettes. Oui, il y a sans doute un peu de trucages pour les besoin du scénario mais les comédiens sont vraiment épatants. Pardon, les animaux sont épatants. 

Prédateurs, mardi 27 février à 20h55 sur France 2

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.