Grâce à un partenariat entre Tënk et France Inter, ce film est disponible gratuitement pendant une semaine. Faites connaissance avec des passionnés, à Bourges : des hommes et des femmes qui aiment les chauves-souris, les soignent, les logent. Et tombez, vous aussi, sous le charme de ces bestioles fascinantes !

Voici une déclaration d'amour à un animal pourtant rarement célébré, et encore moins ces jours-ci : la chauve-souris. Elle est en effet soupçonnée d'être à l'origine du coronavirus chinois. L'hypothèse n'est pas confirmée, mais l'animal est suspect numéro 1. Pour ne pas céder à la tentation d'en vouloir à ce pauvre mammifère volant, regardez ce très joli documentaire : "Chauve-souris, mon amour". En partenariat avec France Inter, il est disponible gratuitement sur le site de Tënk (en cliquant ici) jusqu'au 03/02/2020

Nous sommes à Bourges, dans le Cher. Cette ville est un peu la capitale des chauve-souris. Tout a commencé il y a trente ans, par un coup d'éclat routier : une rocade devait passer sur un site d'hibernation où dormaient 1500 chauves- souris, le muséum d'histoire naturelle de la ville a obtenu la déviation de cette rocade. Le muséum de Bourges est ainsi devenu un repaire de chiroptérologues (les spécialistes des chauve-souris, donc). 

Des soigneurs et des logeurs

Ce film m'a fait réaliser à quel point c'est mignon, une chauve-souris ! Et pourtant, cet animal suscite des peurs irrationnelles. Disons-le haut et fort : non, elles ne s'accrochent pas aux cheveux. Pauline Horovitz, la réalisatrice de ce documentaire, les filme avec beaucoup de tendresse, parfois en gros plan. Ce sont surtout des animaux blessés qu'on voit ici. Car la chauve-souris, qui vit la nuit et fait tout à l'envers, est très difficile à observer dans son environnement naturel. On fait la connaissance avec des hommes et des femmes qui les recueillent et les soignent. Mais aussi, et c'est le plus savoureux, avec celles et ceux qui se réjouissent d'en avoir dans leur maison. A l'image de Nicole, qui est infirmière : 125 chauve-souris habitent chez elle. Les bestioles reviennent chaque année pour le plus grand bonheur de leur logeuse, qui aime tant les observer (et récolte le guano pour ses pivoines).

Hommage à une pionnière

Je suis, à ma grande surprise, tombée sous le charme des pipistrelles, des sérotines communes, et de toutes les espèces de chauve-souris, qui sont indispensables à leur écosystème. Animaux protégés, faut-il le rappeler. Mais si je vous recommande ce documentaire très tendre et très drôle, cette comédie documentaire, c'est aussi en la mémoire d'Yvonne Schach-Duc. Ce nom vous dit-il quelque chose? Sans doute pas. Elle devrait pourtant être célèbre. Yvonne Schach-Duc était dessinatrice scientifique pour le CNRS, mais aussi exploratrice, et fut une chiroptérologue pionnière. Avant elle, on pensait que les chauve-souris blessées étaient condamnées, on les euthanasiait. Mais Yvonne Schach-Duc a compris que c'était l'un des rares animaux sauvages qui noue des relations avec l'humain qui le soigne. Elle a mis au point un protocole de soin, en fonction de chaque espèce. Le Muséum de Bourges envoyait des chauve-souris chez elle, en rééducation. Sa vocation est née dans la cathédrale de Chartres pendant l'hiver 1956 : une chauve-souris est tombée glacée à ses pieds, elle l'a sauvée en la réchauffant dans son manteau. A partir de ce jour et jusqu'à sa mort en 2009, elle n'a cessé de s'occuper de ces animaux, elle en logeait plein dans son grand-manteau, parait-il. Personnage fascinant. La prochaine fois que vous apercevez une chauve-souris, ne craignez rien pour vos cheveux, et ayez une pensée pour cette grande naturaliste injustement oubliée par l'histoire !

"Chauve-souris, mon amour" : documentaire de 52 minutes, à voir gratuitement jusqu'au 03/02/20 en suivant ce lien (cliquez sur le triangle pour lancer le film).

  • Légende du visuel principal: A Bourges, des passionné(e)s soignent les chauve-souris blessées, et les relâchent une fois qu'elles sont guéries. © Chauve-souris, mon amour - Pauline Horovitz - Squaw Productions
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.