La mécanique des aveux décortiquée. Toute ressemblance avec "faites entrer l'accusé" ne serait pas fortuite, ce magazine est une idée de Frédérique Lantieri. Des auditions de garde à vue, issues de vraies affaires criminelles, interprétées par des comédiens. Deux épisodes diffusés ce soir sur France 5.

48 HEURES
48 HEURES © What’s Up Films

Vous souvenez-vous de Lino Ventura et Michel Serrault dans les locaux sinistres d'un commissariat, un soir de réveillon? « Garde à vue », chef d'oeuvre de Claude Miller. Eh bien ce soir sur France 5, c'est un peu l’adaptation de ce film dans la vraie vie ! La même tension, la même guerre psychologique entre la police et le suspect, avec en ligne de mire, un objectif : obtenir des aveux. Idée géniale : raconter le huis clos de la garde à vue à partir des procès-verbaux d'audition. Ce sont donc de vraies auditions, de vraies affaires criminelles, interprétées par des comédiens

Cette série documentaire en 6 épisodes (le 3 et le 4 sont diffusés ce soir) est une idée de Frédérique Lantiéri, la présentatrice de « Faites entrer l’accusé », sur France 2. D’ailleurs, le ton et l'atmosphère sont très proches mais on a réduit la focale : on se concentre uniquement sur ce moment très précis de l'enquête, la garde à vue, limitée à 48h. Voilà qui permet de renouveler le genre.

Recherche de la corde sensible

Ce qui est passionnant, c'est d'observer les stratégies très intuitives des policiers pour faire parler le suspect, de voir comment sont dosés l'empathie, les temps de pause entre deux auditions, les silences, la recherche de la corde sensible, etc. C'est une partie de poker chronométrée. La mécanique des aveux est minutieusement décortiquée. C’est du théâtre : unité de lieu et de temps.

Montée en tension

Tout cela me fait penser à une vieillerie télé des années 90. Peut-être suis-je la seule à m'en souvenir. « Tribunal », ça vous dit quelque chose? Et « cas de divorce »? Le principe était le même, mais dans une salle d'audience : on faisait jouer à des comédiens des vraies affaires judiciaires. Sauf que c'était vraiment très mal joué et donc franchement raté. Je me souviens de jolis fous rires devant ces émissions qui jouaient la carte du réel. « 48h », c'est tout l'inverse : la montée en tension repose sur l'interprétation très réussie des comédiens.

Deux épisodes à voir ce soir sur France 5 à 20h50.  

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.