Depuis hier, les chaînes de télé rendent hommage à Jacques Chirac. Et ça va se poursuivre dans les jours à venir. Toutes les chaînes ont bouleversé leur programmes. Et dans l'immense flot de reportages et de documentaires, je vous recommande celui proposé demain sur France 2, dans l'émission de Laurent Delahousse.

"13h15 le samedi". Un portrait très peu critique, autant vous prévenir, mais extrêmement savoureux. C'est le style Chirac qui est ici observé à la loupe sur un ton joyeux et décalé. Stéhane Depinoy et Fabien Lasserre, les journalistes qui signent ce documentaire, se sont autorisés de jolies audaces de forme. Voici par exemple ce que devient l'annonce des résultats de la présidentielle en 1995.  Cette douce chanson est signée Ultra Vomit, un groupe bien connu des fans de métal. Bon réveil, sur France Inter !

Si ce portrait à voir sur France 2 est un régal, c'est aussi grâce à sa voix des Guignols : Yves Lecoq, qui est filmé avec la marionnette de Chirac, en pleine discussion avec elle, sur le plateau des "Guignols de l'info". La séquence est magique.  

L'émission des Guignols n'existe plus, sur Canal Plus ! 

Mais vous connaissez la dure loi des nécrologies : les portraits des personnalités importantes sont préparées à l'avance dans les rédactions, pour être prêts à diffusés. Ces images ont donc été tournées en 2016. Vincent Bolloré n'avait pas encore coupé la tête des marionnettes en latex, mais c'était déjà le début de la fin... Et on sent, d'ailleurs, Yves Lecoq un peu ému de rendre hommage à sa marionnette fétiche. 

Jacques Chirac était enfermé dans une image un peu raide, un peu engoncée, celle d'un homme pas très à l'aise devant les caméras. Et c'est bel et bien sa marionnette qui l'a rendu sympathique, franchouillard, roublard, auprès de l'opinion. D'ailleurs il est assez ironique qu'il ait fallu attendre la mort de l'ancien président ... pour que renaissent les Guignols !  

Canal Plus propose en effet une édition spéciale, ce soir

"Un putain de guignol" : c'est le titre. La chaîne l'a annoncé sur les réseaux sociaux avec un sketch devenu culte. Quand Chirac, Eltsine, Bush et Jospin parodiaient une pub pour de la bière...  Alors oui, cette émission hommage, ce soir, s'annonce délicieuse. Nostalgie et rire garantis. 

Mais c'est aussi un beau gâchis. Parce que bien avant de mettre fin à l'émission, Bolloré a tué les Guignols à petit feu en leur interdisant de parler de politique. Le résultat, sur la fin, était une bouillie pas drôle du tout, complètement déconnectée de l'actualité. Les marionnettes avaient perdu leur âme. 

Et aujourd'hui, elles reviennent à la faveur de la mort ... d'une personnalité politique. Encore plus ironique : on sait que les Guignols vont va bientôt être adaptés aux États-Unis, sur la Fox. Et d'après ce qu'on a pu lire sur le site Les Jours, l'émission pilote qui a été tourné récemment en France était très politique, avec des sketchs au vitriol sur Trump, notamment. Le titre de l'enquête des Jours était bien trouvé : "make les guignols great again". Décidément, cette résurrection des marionnettes a un petit goût amer.  

"Jacques Chirac, l'insatiable" : c'est le reportage à voir demain sur France 2,  chez Laurent Delahousse à 13h15. Et la spéciale sur Canal Plus, "un putain de Guignol", c'est ce soir à 20h35.

  • Légende du visuel principal: La marionnette de Jacques Chirac dans "Les Guignols de l'info" © AFP / OLIVIER LABAN-MATTEI
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.