Ce soir, TF1 diffuse "Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban". Le troisième volet de la saga est peut-être le film qui se rapproche le plus de l'esprit de l'œuvre de J.K. Rowling...

Harry Potter fait ici la rencontre de Buck, l'hippogriffe d'Hagrid
Harry Potter fait ici la rencontre de Buck, l'hippogriffe d'Hagrid © Warner Bros. France

Un film signé Alfonso Cuaron, le réalisateur de Gravity et de Roma. Et ça fait toute la différence avec les deux premiers volets qui étaient réalisés, eux, par Chris Columbus. Un réalisateur abonné aux grandes comédies familiales, qu'on connaissait pour Maman, j'ai raté l'avion ou pour Madame Doubtfire.

C'est Cuaron qui a injecté à la saga Harry Potter la noirceur qui lui faisait défaut jusque là. Le troisième volet est un film plus sérieux, plus effrayant, plus sombre, aussi. L'apprenti sorcier est désormais un ado et ça se sent. C'est un film plus adulte en quelque sorte.

On s'est même débarrassé des capes de sorciers, Harry Potter et ses amis leur préférant désormais le jean-basket. La crise d'ado, ça ne concerne pas que les moldus.  

Cuaron a vraiment réussi à imposer sa patte, sa vision de l'œuvre de J.K. Rowling. Vous verrez, visuellement, c'est un petit choc. Là où la colorimétrie des précédents volets était porté sur le rouge, sur le bleu et le doré, là on tire vraiment plus vers le gris. 

C'est très british comme ambiance quand on y repense. Et ça permet de faire bien moins carton pâte que les précédents volets. Ça commence à se voir que je n'ai pas aimé les deux premiers hein ? Bref, tout change. Et c'est tant mieux !

Et même le personnage de Harry Potter a changé...

C'est un ado désormais ! Et j'adore ce qu'il devient... Fini le garçon modèle à qui on a envie de donner des claques, Harry Potter se révèle être dans ce film un beau salop.  

Il est égoïste à souhait, il arrive toujours à mettre ses amis en danger, il n'en fait qu'à sa tête, il fugue de son école pour aller au pub du coin... Et vous savez quoi, on l'adore pour ça !

Harry Potter, c'est le héros de tout un tas de gamins qui ont grandi en lisant les livres ou en regardant les films. Un héros qui est désormais aussi imparfaits qu'eux, aussi entêté qu'eux, qui fait des erreurs... comme eux. Un héros qui passe - lui aussi - par cette période si ingrate de l'adolescence. En bref, un ado auquel on peut s'identifier.

ALLER PLUS LOIN

🎧ECOUTER | Comment Harry Potter apprend à ses lecteurs à grandir ?

📚LIRE | "Harry Potter" : des romans d'apprentissage qui enseignent... la résilience

📚LIRE | Harry Potter va-t-il survivre à 2020 ? Retour sur la polémique autour des propos de J.K. Rowling

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.