Je ne vous jette pas la pierre, Pierre, mais l'année 2020 était à deux doigts de nous agacer. Aussi a-t-on besoin de ce rituel rassurant. "Le père Noël est une ordure" est diffusé sur France 4. Il s'agit de la pièce d'origine, pas du film de Poiré : c'est l'occasion de jouer au jeu des différences !

On l’a déjà vu mille fois ? C’est cela, oui. Mais croyez-vous que ce soit une raison valable pour ne pas replonger ? La chanson dont vous connaissez les paroles par cœur, vous continuez à l’écouter en boucle et vous la chantez en playback. Eh bien là, c’est pareil : « le père noël est une ordure » est un karaoké, que l’on peut regarder en interprétant les répliques cultes. Allumez-donc votre télé sur France 4 ce lundi 28 décembre à 21h. Et hop, à Créteil.

Honneur au spectacle vivant

Précision très importante : c’est la pièce de théâtre d’origine qui est diffusée, pas le film adapté de la pièce. Honneur au spectacle vivant ! Il a bien besoin, ces temps-ci, qu’on lui fasse honneur. Passer la soirée avec « Zézette épouse X » et les autres devrait aiguiser votre impatience à retourner au théâtre dès que ce sera possible. 

Y a-t-il beaucoup de différences entre le film et la pièce ? Ça dépend, ça dépasse. Oui, il y en a quelques unes. J’ai choisi, ce matin, de vous faire écouter seulement des extraits du film de Jean-Marie Poiré, sorti en 1982, pour vous remettre dans l’oreille les passages savoureux. Et ce afin que vous puissiez jouer, ce soir, à repérer ce qui diffère.

Où est passée Madame Musquin ?

Pas de scène de la pharmacie, dans la pièce de théâtre, qui se déroule entièrement dans les locaux de « SOS détresse amitié ». Autre différence de taille : la scène de la salle de bain. Dans le film, souvenez, vous, Thérèse se laisse aller avec Pierre, sous la douche. « C’est une catastrophe, Thérèse ». Dans la pièce, c’est avec Félix. Et Pierre observe la scène par la serrure. Voilà qui change tout ! Mais la plus grande différence, c’est bien sûr l’absence de Madame Musquin. Vous savez, la coincée de l’ascenseur. Minuterie ! Le personnage incarné par Josiane Balasko n’est pas dans la pièce d’origine. Mais je vous rassure : je n’ai pas tout dit et vous avez encore de la matière pour jouer au jeu des différences.

Le plaisir de la répétition

Ce n’est bien sûr pas la seule raison de succomber. Passez la soirée avec Lhermitte, Anémone, Jugnot, Clavier et Chazel pour le simple plaisir de la répétition. Cette pièce du Splendid est une illustration parfaite de la différence entre une habitude et un rituel. Une habitude, c’est un geste ou un comportement qui perd sa signification à force d’être répété. Un rituel, c’est l’inverse : plus on le répète, plus il gagne en signification. Le rituel aide à affronter l’angoisse du temps qui passe, car il nous permet d’attester que l’existence n’est pas faite que de changements. Or cette année, les rites de fin d’année sont complètement chamboulés par la crise sanitaire. Ceux et celles qui d’habitude détestent les repas de famille se sont parfois surpris à apprécier le réveillon du 24, même en petit comité. Parce que c’était important, après l’année qui vient de s’écouler. Et les allergiques au 31 décembre vont sans doute trouver que ça manque, cette année, de faire la bamboche pour accueillir la nouvelle année. Bref, les rituels prennent tous leurs sens cette année et cette ordure de Félix en est un. 

« Le père Noël est une ordure » : lundi 28/12/2020 sur France 4 à 21h. 

  • Légende du visuel principal: "Le Père Noël est une ordure" : un film à voir et à revoir © AFP / Jean Pierre Fizet / Collection ChristopheL via AFP
L'équipe