Indépendance, intégrité, audace : voilà les qualités de Complément d'Enquête et d'Envoyé Spécial soulignées sur les réseaux sociaux. Les deux émissions d'information de France 2 sont menacées par des coupes budgétaires drastiques.

Légende : La présidente de France Télévision Delphine Ernotte va-t-elle entendre les revendications des rédactions et des téléspectateurs ?
Légende : La présidente de France Télévision Delphine Ernotte va-t-elle entendre les revendications des rédactions et des téléspectateurs ? © AFP / Benjamin Cremel

Patrick Balkany l'a hurlé (en des termes bien plus fleuris) lors d'un conseil municipal : Complément d'Enquête, il s'en moque. Et si c'était une bonne raison de s'y intéresser? Car de sérieuses menaces pèsent sur cette émission et sur Envoyé Spécial. Deux magazines d'information qui sont l'ADN de France Télévision. Selon la SDJ, il resterait six journalistes pour travailler sur les deux émissions, contre vingt-sept actuellement. La direction ne confirme pas ce chiffre. Cela passerait par le départ de tous les CDD et le retour au JT des journalistes détachés, souvent depuis plusieurs années, à l'un des deux magazines. Yannick Letranchant, le patron de l'information sur France Télévision, a expliqué au micro de Sonia Devillers que l'info ne se mesure pas au kilo. Delphine Ernotte doit recevoir aujourd'hui des représentants de journalistes. Une motion de défiance contre la présidente de France Télévision est en préparation. 

Des réductions drastiques, rappelons-le, ont été demandées à France Télévision 

50 millions d'euros en moins dans les budgets 2018. Ces décisions d'économies, qui doivent être prises dans les jours ou les heures qui viennent, pourraient s'appliquer dès la rentrée de janvier. Alors le mouvement de résistance s'organise sur Internet, #Touchepasmoninfo. De nombreux journalistes ont salué la rigueur, le sérieux, l'indépendance, l'intégrité et l'audace de ces deux magazines : Florence Aubenas, Annick Cojean (présidente du prix Albert Londres), Anne Sinclair et j'en passe. Mais aussi, et c'est le plus intéressant, ceux qui sont aux premières loges pour constater le travail des journalistes de France 2. Irène Frachon, qui a sonné l'alerte Médiator ou Yohann Barbereau, le Français condamné en Russie et récemment rentré en France à l'occasion d'une enquête d'Envoyé Spécial. Le juge Marc Trévidic s'est aussi fendu d'une vidéo de soutien, tout comme Robert Badinter. Tous sont convaincus qu'il faut du temps et donc des moyens pour enquêter correctement. 

Vous souvenez-vous de Pénélope Fillon affirmant, dans une interview, n'avoir "jamais été l'assistante [ de son mari ] ou quoi que ce soit de ce genre" ?

C'était dans Envoyé Spécial. L'enquête sur l'affaire Bygmalion? Encore Envoyé Spécial. Le portrait de Vincent Bolloré qui fit tant de bruit ? Diffusé dans Complément d'Enquêtes. Ces deux émissions, estiment leurs défenseurs sur les réseaux sociaux, sont d'autant plus précieuses à l'heure de la "post-vérité" ou des "vérités alternatives".

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.