Dans de courtes vidéos postées sur Instagram, cette comédienne se filme de près et joue plusieurs rôles à la fois. Elle campe avec brio des personnages souvent odieux. Ses sketchs sont drôles et fichtrement réalistes. Abonnez-vous d'urgence !

Capture d'écrans d'une vidéo Instagram. Anaid Rozam.
Capture d'écrans d'une vidéo Instagram. Anaid Rozam. © Instagram / Anaid Rozam

J’aurais pu vous dire que son nom est facile à retenir quand on connait ses déclinaisons latines : rosa, rosa, rosam. Mais surtout pas, c’est un coup à passer pour la latiniste poussiéreuse de service ! De toutes façons, elle, c’est Rozam avec un Z. D’ailleurs tenez, la latiniste poussiéreuse, c’est un personnage qu’elle jouerait sûrement avec brio. Anaïde Rozam a 22 ans, elle a commencé en janvier dernier à publier des vidéos très courtes, autour de trente secondes, sur Instagram, et elle affiche déjà 326.000 abonnés. Impressionnant. La particularité de ses sketchs, c’est qu’elle joue tous les personnages. 

View this post on Instagram

En Y

A post shared by Anaïde Rozam (@anaide.rozam) on

Elle se filme en plan serré. Très serré même, c'est parfois un peu ingrat. On ne voit que son visage et il lui suffit d’une paire de lunette ou d’une casquette pour passer d’un personnage à l’autre, en champ contrechamp. Mais ce sont surtout les mimiques de son visage qui installent ses différents rôles. Sa façon de lever les yeux au ciel, de laisser trainer les silences, sa façon d’être exaspérante, pénible, snob ou puérile juste avec son visage : tout cela est jubilatoire. Bref, son humour est très visuel, aussi est-il compliqué de vous en parler à la radio, mais tant pis pour moi ! 

Exaspérante, pénible, snob... A-t-elle un faible pour les gens odieux ? Oh que oui ! Elle prend un malin plaisir à les caricaturer. Mais toujours avec beaucoup de tendresse.

View this post on Instagram

Le vin

A post shared by Anaïde Rozam (@anaide.rozam) on

Vous connaissez cette manie de rajouter une syllabe en fin de mot (« bonjour-anh »). Eh bien la latiniste poussiéreuse férue de linguistique - que je ne suis pas - vous expliquerait que cela porte un nom savant : c’est le E prépausal. Et c'est une jolie marque de fabrique de la Parisienne insupportable, dans le répertoire d'Anaïd Rozam ! Elle s'appuie aussi beaucoup, pour croquer ses personnages, sur les tics de langage, "on va pas s'mentir"... Vous trouverez forcément, dans l'une ou l'autre de ses vidéos, des traits de ressemblance avec quelqu'un(e) que vous connaissez.

Minimaliste et efficace

L'une des raisons de son succès, c'est sans doute qu’elle a un talent fou pour installer une situation en quelques secondes à peine. On sait tout de suite que l’on est dans un cabinet de psy, dans une cour d’école ou dans une galerie d’art contemporain, sans le moindre décor et sans costume. Son travail est minimaliste et très efficace. Les psys font partie de ses « victimes » favorites, si j’ose dire, sans doute parce qu’elle a fait des études de psycho. Précision importante : elle n’est pas humoriste, mais bien comédienne. Anaïd n’aspire pas à monter sur scène pour faire rire mais à faire du cinéma. Avec le talent qu'elle a, je ne doute pas qu'on la verra bientôt sur grand écran.

View this post on Instagram

👽👽

A post shared by Anaïde Rozam (@anaide.rozam) on

Le compte d'Anaïde Rozam sur Instagram.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.