Arte diffuse sur son site internet les trois saisons de cette série danoise devenue culte. Celle qui prouva, il y a presque dix ans, que l'exercice du pouvoir pouvait être aussi palpitant qu'une enquête policière.

Les trois saisons de Borgen sont disponibles sur le site d'Arte jusqu'à la mi-décembre. Je sais : tout cela n'est pas brûlant d'actualité, le dernier épisode date de 2013. Mais je le fais exprès, figurez-vous. Parce que nombreux sont ceux que l'offre excessive de séries angoisse : il y en a trop, on n'a pas le temps de tout voir. Sans compter que personne ne s'abonne à toutes les plateformes. Mais quand on y réfléchit bien, la littérature ne suscite pas le même stress ! Personne ne se plaint qu'il y ait trop de livres à lire (à part les critiques littéraires qui, les pauvres, doivent tout avaler à chaque rentrée.

Revoir les chefs d’œuvre

Les parutions pléthoriques de nouveaux romans n'ont jamais empêché personne de se plonger dans les grands classiques. Il est plus que temps d'avoir le même comportement face à cet autre objet culturel qu'est la série télé : revoir une série en intégralité, quand elle le mérite. Même si elle n'est pas récente du tout. Ou encore mieux, la voir pour la première fois si vous ne l'avez pas encore vue (veinards). Aussi voulais-je saluer l'excellente initiative d'Arte, qui a mis en ligne gratuitement l'intégralité de ce chef d'œuvre. Borgen, rappelons-le, est une série danoise créée par Adam Price, qui raconte l'arrivée de Birgitte Nyborg, leader du parti centriste.

Il y a trois saisons, dix épisodes par saison, chaque épisode dure une heure. Ce qui nous fait 30h de visionnage : et voilà, votre week-end est rempli ! Vous allez suivre l'ascension, l'arrivée au pouvoir, la chute et puis - qui sait ? - le retour aux affaires de cette femme au caractère bien trempé.  

Tractations, trahisons, renoncements

Mais c'est intéressant, la vie politique danoise? Encore plus que ce que vous imaginez. L'immense qualité de Borgen, c'est d'être aussi palpitante qu'une série policière, mais en racontant les arcanes du pouvoir. Les tractations, les trahisons, les concessions, les renoncements. Sans oublier les répercussions du pouvoir sur ceux qui l'exercent. La vie privée de Birgitte, sa vie de couple, sa vie de famille, prennent une large place dans cette histoire. Ce qui est fascinant, en fait, c'est la représentation de l'ordinaire de la vie politique. On y voit aussi la fabrique médiatique du pouvoir - captivant - puisque le responsable de la com' de Birgitte et une journaliste sont deux personnages principaux. 

Borgen vient nous rappeler - et ce n'est pas rien - que la fiction n'est pas seulement du divertissement. Elle peut avoir une responsabilité. Celle de mettre une femme au pouvoir, par exemple. Alors vous me direz, il y en a eu beaucoup d'autres depuis, avec House of Cards par exemple, mais aussi Years and Years (série Canal Plus avec Emma Thomson, dont on parlera la semaine prochaine). Sauf que Borgen fait partie de ceux qui ont tracé le chemin. Ce rôle précurseur est loin d'être négligeable. 

L'actu n'est jamais loin

Et si vraiment le côté daté vous fait peur, je vous rassure : Borgen est en fait 100% d'actualité. Savez-vous comment Birgitte accède au pouvoir, au tout début de la saison 1? A la faveur d'un scandale : le premier ministre a payé des vêtements de luxe à sa femme avec une carte bancaire professionnelle, autrement dit avec de l'argent public. On peut s'amuser à chercher les points commun entre cette affaire et les homards de François de Rugy ! Mais surtout, de qui le personnage de Birgitte est-il inspiré? De Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence, qui est passe d'être renouvelée à son poste. Celle que Charline Vanhoenacker surnomme "la Beyoncé de l'Union Européenne". Celle qui cherche des poux dans la tête des GAFAM. On vient d'apprendre que ses services enquêtaient sur "Google Jobs", l'outil recherche d'emploi du géant américain. Ce personnage est au cœur des enjeux d'aujourd'hui. Bref... il y a quelque chose d'universel et de très contemporain au royaume du Danemark !

Visionner la série sur le site d'Arte.

  • Légende du visuel principal: Sidse Babett Knudsen & Pilou Asbæk dans "Borgen, une femme au pouvoir" - Saison 2 © Mike Kollöffel / DR Fiktion / Arte
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.