Sur sa chaîne Youtube, Thomas Gauthier parle d'amour, de politique ou d'histoire. Et il chante des chansons à l'humour noir délicieux.

Il s'appelle Thomas Gauthier et c'est mon nouveau meilleur ami. Il vit au Québec. Bon, en vrai, je ne le connais pas personnellement, mais en découvrant sa chaîne Youtube, qui compte plus de 350.000 abonnés, j'ai eu l'impression qu'on était copains. 

D'abord parce que ce jeune homme de 24 ans est spécialement à l'aise devant une caméra : il s'adresse aux internautes avec un très grand naturel. Il change de registre d'une vidéo à l'autre avec une facilité étonnante :les blagues potaches font suite à des vidéos de vulgarisation historique ou encore à des analyses politiques. Se promener sur la chaîne de Thomas Gauthier, c'est donc un peu comme prendre l'apéro avec un ami : on passe sans arrêt du sérieux au moins sérieux, avec pas mal d'autodérision.

Trudeau rhabillé pour l'hiver

Il a notamment brossé un portrait au vitriol de Justin Trudeau, faisant voler en éclat l'image de gendre idéal que cultive le Premier Ministre canadien. Pour Thomas Gauthier, Trudeau n'est ni féministe, ni écolo, ni progressiste, il est surtout très hypocrite. 

Je vous recommande aussi cette vidéo dans laquelle il parle de la place de la langue française au Canada et des relations entre les Québécois et le reste du pays. 

Puisqu'il vous dit que tout va bien !

Vous savez ce qui arrive parfois quand on prend l'apéro avec les copains : il y en a un qui sort une guitare et se met à chanter. Avec mon ami du Québec, ça n'a pas loupé : il chante. Des chansons sans prétention qu'il écrit et interprète lui même et qui sont pétries d'humour noir. Ma préférée : "Tout va bien", qui est un hymne à la méthode Coué. Une chanson que ses petits camarades du gouvernement auraient pu chanter à Nicolas Hulot pour le convaincre de rester ! Allez, tout va bien... 

Voilà une chanson qui piétine surtout une tendance lourde du moment : la dictature du bonheur. Le développement personnel a le vent en poupe, c'est peu de le dire. D'ailleurs un livre qui vient de paraitre dénonce ce phénomène : Happycratie. Comment l'industrie de bonheur a pris le contrôle de nos vie (paru en août 2018 aux éditions Premier Parallèle). L'injonction au bonheur nous culpabilise, expliquent les auteurs, un psychologue et une sociologue : si je ne suis pas heureux, c'est de ma faute, c'est que je n'ai pas appliqué les recettes vendues par l'industrie du bonheur. Alors pour abolir cette "happycratie", on chante tous en cœur : tout va bien...

Et pour retrouver toutes ses vidéos

La chaîne Youtube de Thomas Gauthier 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.