Après dix ans et de jolis succès d'audience, les habitants de Villeneuve tirent leur révérence ce soir. France 3 diffuse les deux derniers épisodes de cette remarquable série française, puis un documentaire sur les secrets de sa fabrication.

Aufrey Fleurot et Robin Renecci dans la série "Un Village français" sur France 3
Aufrey Fleurot et Robin Renecci dans la série "Un Village français" sur France 3 © Angela ROSSI/ FTV

N’ayons pas peur des mots : c’est une page d’histoire qui se tourne. Un village français, c’est ce qu’il faut répondre (ou plutôt c’était ce qu’il fallait répondre) à tous les grincheux qui disent qu’il n’y a rien de bien à la télé ! Un divertissement de qualité qui a duré dix ans, qui a fait un magnifique travail pour raconter avec toute la nuance et la complexité du monde le quotidien d’un village français pendant l’occupation allemande, et qui fut, à quelques nuances près, un succès d’audience sur la durée : chapeau.

Non, je ne dirai rien des deux épisodes de ce soir ! 

Sachez juste que la fin ressemble à celle de Six Feet Under, série américaine sur une famille de croque-morts, qui s’est achevée en 2005 avec un épisode où l’on voit chacun des personnages au moment de sa mort. Grâce à des « flash forwards », on apprend ce que deviennent les habitants de Villeneuve longtemps après la Libération, avec certaines scènes qui se situent même dans les années 2000. Évidemment, c’est très risqué de faire vieillir les comédiens. Je ne suis pas une spécialiste des effets spéciaux et du maquillage mais il me semble que parfois, les rides et les cheveux blancs ne fonctionnent pas très bien : ça fait un peu chiqué ! Mais peu importe : jusqu’au bout, le scénario, les dialogues et l’interprétation sont remarquables. Si vous saviez comment se déroulent les adieux à Hortense, interprétée par Audrey Fleurot !! Je me tais. 

Authenticité historique

Pour que ces adieux, justement, soient un peu moins douloureux, France 3 nous raconte les coulisses de la série, juste après le dernier épisode : un documentaire d'une heure sur les secrets de fabrication. Vous saurez tout sur l’écriture, les costumes, les décors, les extérieurs tournés près de Limoges alors que Villeneuve est censé se situer dans le Jura... Bref, c’est un film qui va ravir les fans de la série, mais ceux qui n’ont pas suivi les sept saisons y apprendront aussi des choses passionnantes. Notamment sur le rôle de l’historien Jean-Pierre Azéma, garant de l’authenticité historique qui a, depuis la première saison, un droit de véto si une scène lui semble invraisemblable. 

Audrey Fleurot dans Un Village français
Audrey Fleurot dans Un Village français / Angela Rossi/France Télévisions

Exemple : on a vu, dans une saison précédente, des maquisards monter une pièce de théâtre. N'y avait-il pas mieux à faire dans le maquis? J’ai vérifié, explique l’historien, eh bien si : la vie dans le maquis, c’était surtout l’attente et l’ennui. Il est arrivé que certains, pour s’occuper, écrivent des saynètes. Alors il a laissé passer la pièce de théâtre ! 

Le grand mérite de cette série, c’est d’être allé fouiller dans les zones grises de l’Occupation, dans l’ambivalence des personnages : de rendre humain des personnages de "collabos", par exemple et de se garder de tout manichéisme. Mais évidemment, ce n’est pas seulement une série sur la guerre, car l’Occupation est une loupe qui permet de mieux raconter l’âme humaine. Ce village français fut une réussite sur le plan historique et sur le plan romanesque. Et la fin est à la hauteur. 

Un village français, épisodes 11 et 12 de la saison 7, suivis du documentaire intitulé « mémoires de Villeneuve », ce soir sur France 3 à 20h55. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.