Le créateur de ce dessin animé au succès planétaire, Stephen Hillenburg, est mort à 57 ans. Hommage au père d'un personnage loufoque qui porte haut un message de tolérance. Bob l'éponge piétine allégrement les stéréotypes.

C'est une éponge d’un joli jaune vif, qui vit au fond de l’océan, dans une maison en forme d’ananas géant. Et pourquoi pas ? Bob l’éponge est en deuil : son créateur, Stephen Hillenburg, est mort cette semaine à 57 ans. Ce dessin animé est né en 1999 aux États-Unis. Succès planétaire. En France, il a été longtemps diffusé sur TF1 et France 3 et est aujourd'hui disponible sur Netflix

Comment présenter Bob à ceux qui ne l’ont jamais vu ? Disons qu’il est content tout le temps et qu’il ricane beaucoup. Au premier abord, ce dessin animé peut sembler très niais. Mais à y regarder de plus près, il a une vraie dimension politique. D’abord parce que Stephen Hillenburg était professeur de biologie marine. En imaginant le village de Bikini Bottom, au fond de la mer, dans lequel vivent Bob, Patrick l’étoile de mer ou Carlo Tentacule, il envoie des messages d’alerte sur le réchauffement climatique et sur la protection des océans

Masculinité ambiguë

On peut aussi voir dans Bob l’éponge toute une réflexion sur le genre. Sait-on vraiment si ce personnage est un homme ou une femme ? Il s’appelle Bob et porte une cravate. C’est un garçon, à priori. Mais il pousse des petits cris aigus. Il n’est pas très téméraire, pas franchement costaud. En somme, il piétine allègrement tous les stéréotypes généralement associés à la masculinité. Et quand il arbore une jolie casquette qui fait des bulles de savon, son patron, le capitaine Krabs, est un peu gêné : il ressemble à une fille ! Le compliment fait rougir Bob de plaisir...

On peut aussi s’interroger sur la nature de la relation entre Bob et Patrick l’étoile de mer, son meilleur ami... Tout cela est très subtil et ne se remarque que dans quelques passages précis de certains épisodes, mais on peut tous les regarder (ainsi que les deux long-métrages) en cherchant les clins d’œil à l’homosexualité. Ainsi, quand des asticots décident d’élire domicile chez lui, on a droit à une soirée techno.

Vertus de la tolérance

C’est ainsi que Bob l’éponge est devenu une icône gay. D’ailleurs, le créateur de mode Marc Jacobs, ce n’est sans doute pas sans lien, a un tatouage Bob l’éponge sur le bras, en couleur. Évidemment, certains conservateurs se sont émus, dans plusieurs pays, de ce qu’ils voyaient comme du « prosélytisme ». Il y a en effet de quoi être inquiet pour les enfants, car Bob essaie de les convaincre, non pas de l'intérêt de vivre dans un ananas géant, mais des vertus la tolérance, oui sans doute. Et de la force de l’insouciance, aussi. Parce que ce personnage loufoque est l’insouciance faite homme. Pardon, l’insouciance faite éponge. 

Un nouveau long-métrage Bob l’éponge est attendu pour 2020. 

Légende du visuel principal:
Il aime beaucoup qu'on lui dise qu'il ressemble à une fille. Bob l'éponge se joue avec malice des stéréotypes de genre. © Netflix
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.