Ce soir à 20h, les programmes de télévision vont s'arrêter... Et le Président va, comme chaque année, s'inviter dans nos salons à une heure où l'on entame notre soirée...

Les vœux présidentiels, une tradition presque aussi vieille que la Vème République. Première allocution de ce type : le 31 décembre 1960. De Gaulle apparaît à l'écran pour nous souhaiter la bonne année.

Pour ceux qui s'intéressent à la fois à la télévision ET à l'histoire de la Vème République, je vous conseille de regarder sur le site de l'INA les vœux présidentiels année après année. Ils sont à la fois des témoins de leurs temps et de l'évolution de la manière dont on a fabriqué la télé. 

Au départ, l'allocution était enregistrée dans les conditions du direct. Le Général de Gaulle apprenait son texte par cœur et le débitait d'une traite. Et puis Pompidou est arrivé au pouvoir et avec lui de nouvelles techniques de réalisation ont fait leur apparition. Le montage notamment, le nouveau Président étant moins à l'aise face caméra, il fallu tourner plusieurs fois la séquence et faire des coupes pour ne garder que les meilleurs moments.

Et puis en 1971, petite révolution...

Le prompteur fait son irruption dans le dispositif des vœux présidentiels après avoir été rapporté des États-Unis par Pierre Bellemare quelques années plus tôt. Le prompteur permet au Président de ne plus à avoir à apprendre son texte tout en regardant vers la caméra (donc par extension, vers les Français).

À son arrivée au pouvoir, Valery Giscard D'Estaing tente de réformer ce rituel télé et nous souhaite la bonne année 76 avec sa femme, Anne-Aymone, sur un fauteuil, au coin de la cheminée. 

En 1981, pour les premiers vœux de Mitterrand, le sous-titrage fait son apparition à la télévision pour que les sourds et malentendants puissent suivre l'allocution. Deux ans plus tard, le sous-titrage deviendra obligatoire pour l'ensemble des programmes des chaînes publiques.

À son arrivée au pouvoir, Nicolas Sarkozy tentera lui aussi de faire évoluer cet exercice...

2007 : première fois qu'un Président exprime EN DIRECT ses vœux pour la nouvelle année. Une idée abandonnée l'année suivante. Et puis dès 2010, l'allocution du Président sera aussi diffusée sur Internet. Une rupture : la télé n'est plus incontournable. D'autres tubes existent désormais. 

D'ailleurs, Emmanuel Macron l'a bien compris l'année dernière en faisant pas une mais DEUX allocutions. La première, très longue 18 minutes, diffusée à 20h à la télévision. La seconde, partagée dans la foulée sur les réseaux sociaux, adressée à la jeunesse.

La vidéo est au format carré, adapté aux smartphones, et dure moins de deux minutes pour correspondre à la consommation des vidéos  sur les réseaux sociaux. Elle est une version resserrée de l'allocution diffusée à la télé. En se démultipliant ainsi sur différents écrans, le Président tente d'adresser ses vœux à TOUS les français. Même à ceux qui, par habitude ou par conviction, n'allumeront pas, à 20 heures ce soir, leur télévision. 

  • Légende du visuel principal: Emmanuel Macron lors de ses voeux en décembre 2017 : la version longue de 18 minutes, diffusée à 20h à la télévision. © Maxppp
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.