Les membres d'une communauté ont échappé à une pandémie mondiale. Plus on avance dans l'intrigue, plus le scénario part en quenouille : il est grand temps que "Problemos" devienne culte ! Le film d'Eric Judor est disponible sur Netflix depuis peu.

Victor et Jeanne (Eric Judor et Célia Rosich) sont censés passer seulement quelques jours à la ZAD...
Victor et Jeanne (Eric Judor et Célia Rosich) sont censés passer seulement quelques jours à la ZAD... © AFP / Albertine Productions / StudioCa / Collection ChristopheL

Ce film est sorti au cinéma en 2017 et raconte une pandémie mondiale. Eric Judor est un oracle. Un oracle très drôle, ce qui ne gâche rien. "Problemos" est désormais disponible sur Netflix. Dans ce film qu’il a écrit avec Blanche Gardin et Noé Debré, Eric Judor incarne Victor : un Parisien qui se fait entrainer par sa femme, avec leur fille, dans une ZAD, une zone à défendre. Il s’agit d’empêcher la construction d’un parc aquatique. Ils sont invités par le prof de yoga de la femme de Victor et vont donc goûter aux charmes de la vie en communauté. L’enthousiasme de Victor est franchement limité. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Blanche Gardin est hilarante dans le rôle de Gaia, qui prône la bienveillance, la non-violence et le « vivre autrement », mais qui devient un tyran dès que ses intérêts sont en jeu. Le film s’en donne à cœur joie sur les contradictions des uns et des autres. La satire est drôle parce qu’elle est intelligente et que tout le monde, à un moment ou un autre, en prend pour son grade : le citadin donneur de leçon comme les doux-dingues mordus d’autogestion.

La ZAD va être épargnée par la pandémie

Les membres de la communauté sont coupés du monde, sans aucune relation avec l’extérieur. Résultat, ils ne se sont aperçus de rien. Il y a bien une personne qui aurait pu les prévenir, c’est Maeva, 17 ans : elle seule a le droit de se servir de son téléphone mais disons que ce n’est pas une lumière. Elle ne comprenait pas pourquoi tout le monde parlait de pain de mie sur Twitter et pourquoi, surtout, tout le monde faisait une faute et l'écrivait "pandémie". 

Refonder une civilisation 

La population mondiale a donc été décimée, la vie autour n’existe plus : voilà nos zadistes chargés de refonder une civilisation. Et là, ça devient du grand n’importe quoi. Les bassesses humaines reviennent au galop. Chacun pense à sa pomme. On marche sur les faibles et on flatte les puissants. 

Plus on avance dans le film et plus le scenario part en cacahuètes, c’est un régal ! L’absurde est manipulé avec brio. Les comédiens et comédiennes sont excellents, les dialogues aux petits oignons. Il est temps que « Problemos » devienne culte ! Je me dis que si un jour on sort de cette crise sanitaire, si un jour on peut parler du coronavirus au passé, alors il faudra revoir ce film pour se dire qu’on s’en est très bien sortis, finalement. 

Vous savez peut-être qu’Eric Judor a réalisé un autre film prémonitoire, sorti en 2008 : « Seul Two », dans lequel on voit Paris complètement vide, sans aucun piéton. Il avait anticipé le premier confinement et ses rues désertes. Un oracle, vous dis-je. On l’attend au tournant pour son prochain film : il a intérêt à proposer une happy end ! 

« Problemos », un film de et avec Eric Judor, disponible sur Netflix. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe