Ils et elles ont moins de 18 ans et prennent soin, au quotidien d'un proche malade ou handicapé. Les jeunes aidants sont au cœur d'un documentaire sensible et important, à voir sur France 2. On estime qu'en France, quatre lycéens par classe sont jeunes aidants.

Je veux vous parler de Martin, Cynthia, Alice et Eva. Ce sont des jeunes aidants : des adolescents et adolescentes qui prennent soin, à la maison, d’un proche handicapé ou malade. Un documentaire, diffusé bien tard malheureusement (à 23h05) mais que vous pourrez voir en replay, les a suivis dans leur vie quotidienne pendant un an. "Plus grand que soi", de François Chilowicz, est diffusé mercredi 20 octobre à 23h05 sur France 2.  

Martin a 17 ans. Son père, Yves, a été renversé par une voiture il y a six ans. Deux mois de coma, deux ans d’hôpital, et puis il est rentré chez lui, avec sa femme et son fils. Il a fallu beaucoup de rééducation avant qu’il ne retrouve l’usage de ses bras, puis de la parole. Mais les séquelles sont encore nombreuses, notamment des troubles de l’humeur et du comportement.  

Il faut gérer ses crises de colère. On est dans une situation où on aide une personne qu'on aime, mais qui a un comportement qu'on apprécie pas du tout. Il passe 75% du temps à limite nous gueuler dessus. Sur le long terme, ça devient insoutenable. 

La mère de Martin résume la situation en disant que personne n’est à sa place, dans cette famille : « le père fait l’enfant, l’enfant fait le père, c’est explosif. » 

17% des lycéens et lycéennes

L’association Jade, qui vient en aide aux jeunes aidants, estime que 17% des lycéens sont concernés. Autrement dit, quatre lycéens par classe. Cela fait beaucoup et on en parle si peu... Comme si c'était normal ou anodin. 

Ce documentaire, avec pudeur et beaucoup de sensibilité, met des mots sur les conflits de loyauté qui sont inévitables. Mais aussi sur le sentiment de culpabilité. Celle, par exemple, d’une grande sœur qui a longtemps râlé contre ce frère handicapé, atteint de myopathie, qui prenait toute la place dans la famille, et qui ensuite s’en est voulu beaucoup. La culpabilité d’une mère qui délègue à ses filles une partie des soins dont a besoin leur frère. La culpabilité d’un fils qui a déjà pensé que sa vie aurait été plus simple si son père était mort, le jour de l’accident. 

Demander de l'aide

Ils se sont endurcis, se sont fabriqué une carapace. La maturité de ces gosses, de façon générale, est impressionnante. Tout autant que leur courage et leur empathie. Cette responsabilité précoce marque leur jeunesse d’une empreinte. Tous ressentent une forme de décalage avec les enfants de leur âge.

Il ne faut pas hésiter à demander de l'aide autour, estime Cynthia. Il ne faut pas se dire qu'on est seuls à traverser tout ça. Il peut y avoir différents moyens pour apaiser notre peine, et on est pas obligés de porter ce poids tout seul. 

A trop vouloir aider, on finit par s’écrouler. D’où l’importance de rendre ce sujet visible. D'où l'importance de ce documentaire.

« Plus grand que soi ». Mercredi 20 octobre France 2 à 23h05, ou en replay dès le lendemain. 

  • Légende du visuel principal: Le petit frère d'Alice, Lubin, souffre de myopathie. Depuis l'enfance, elle a pris l'habitude d'aider ses parents à s'occuper de lui. © Flair Production / France TV
L'équipe