Ceci n'est pas seulement une chanson à la gloire de la France en guerre. D'ailleurs elle s'intitule La Française. C'est ce qu'on appelle de nos jours une opération de marketing. Une opération menée par un des plus grand quotidien de l'époque : Le Petit Parisien

Carte postale patriotique - 1915
Carte postale patriotique - 1915 © AFP

Malgré son nom, ce n'est pas un journal lu seulement à Paris. mais c'est un des quatre grands quotidiens français. Imprimé à deux millions d'exemplaires chaque jour, cette chanson, La Française est également sortie à deux millions d'exemplaires

Si l'on parlait de décadence et de Français trop oublieux                  
Les hommes de la jeune France on dépassé tous leurs aïeux

A l'époque, on achète les chansons sous forme de partition. On les appelle les petits formats et en 1915, Le Petit Parisien publie la partition de La Française en cadeau pour ses lecteurs. Il accomplie là un geste patriotique, évidemment.

Mais c'est aussi une démarche publicitaire : deux millions de lecteurs, c'est potentiellement deux millions de foyers dans lesquels on va chanter La Française. Deux millions de pianos sur lesquels on jouera La Française. deux millions de maison ou l'on verra peut-être sur les murs le magnifique dessin qui orne la partition de La Française.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.