La femme qui parle dans la lettre au prisonnier a eu très peur. Elle a craint le pire. parce qu'un soldat qui n'est pas avec son unité ou à l’hôpital ou dont on n'a pas identifié le cadavre est un soldat disparu. Et disparu, cela veut dire le plus souvent mort. Et elle l'a cru mort.

Poilu écrivant une lettre
Poilu écrivant une lettre © AFP

Cela a pris plusieurs semaines. Plusieurs mois parfois avant qu'elle ne reçoive la nouvelle. Son fils, son homme, son poilu est vivant. Vivant, mais prisonnier. Il a fallu que les autorités allemandes transmettent son identité à la Croix Rouge, qui les a ensuite transmises à la France. Et enfin, les autorité militaires l'ont prévenue. Et pendant tout ce temps là, elle ne savait pas.

Et maintenant, heureuse, elle attend le retour !

Quand tu recevras cette lettre / Chère Maman ne tremble pas / On va bientôt te la remettre / Tu la liras avec papa

Le retour des prisonniers, ce sera à la fin de la guerre. Alors, il faut patienter jusqu'à la victoire. parce qu'on ne peut pas dire qu'on imagine une autre issue à la guerre. Mais dans le courrier que l'on envoie aux prisonniers en Allemagne, en passant par la Croix Rouge, on multiplie les promesses.

Ce sont des promesses d'amour, évidemment...

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.