Ce n'est pas la seule chanson à s'appeler "La chanson des poilus" : il y en a facilement une demi douzaine, mais celle-ci, c'est la vraie. Celle qui a été créé par Noté, l'immense baryton Noté de l'Opéra de Paris.

Deux soldats du 12eme régiment posent devant l’entrée de leur abri
Deux soldats du 12eme régiment posent devant l’entrée de leur abri © AFP

Début 1916, cette chanson des poilus résonne sous les voûtes de l'Opéra Garnier mais aussi dans le salons de la République ou les notables français se réunissent pour clamer l'unité de la nation derrière son armée.

Sur les scènes des caf" Conç', en ouverture des représentations lyriques ou clamée par des milliers de voix d’amateurs dans des bistrots ou des salles d'attente de gares de chemin de fer. La chanson des poilus c'est ce qu'on appellerait aujourd'hui un tube.

Que du germain la race soit damnée / ou terminée la destinée

Il est vraisemblable que Paul Pourot, l'auteur du texte ne souhaite pas vraiment que l'on extermine tous les Allemands, mais c'est quand même ce qu'il a écrit.

Pour n'apporter à notre humanité / Que cruauté, qu'indignité ! / Le monde entier tressaillant d'espérance /Rendant justice aux peuples spoliés

La malfaisance des Allemands. La France qui mène le combat pour le droit aux côtés de la Serbie, ou de la Belgique qui sont les peuples spoliés, c'est le discours français.

Mais les poilus, là dedans ?

Ils sont au refrain. Et c'est un refrain qui ressemble vraiment à une sonnerie de clairon

Les poilus sont résolus / Les poilus sont résolus / A tirer de tous ces bandits vengeance / Jusqu'à ce qu'il n'en reste plus !

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.