La journée mondiale de la méningite, il y a quelques jours, a mis l’accent sur le nombre de victimes de cette maladie qui peut être virale ou bactérienne. Il existe en effet différents types de méningites, qui n’ont pas toutes les mêmes conséquences.

Le collectif d’associations « Ensemble contre la méningite» vient de lancer une campagne d’information « protégeons nos enfants » basée sur les méningites bactériennes. Des bactéries qui peuvent être tres méchantes et dont sont plus particulièrement victimes les nourrissons, les enfants de 1 à 4 ans, et les adolescents. Dans certains cas, 8% à 10%, la maladie peut être foudroyante et entrainer le décès ou d’importantes séquelles.

Le professeur Jean-christophe Mercier, pédiatre et réanimateur à l’hôpital Robert-Debré explique qu'il faut Informer les parents, les aider à reconnaître les signes qui peuvent indiquer des formes graves de la maladie.

Ce qu’il faut savoir , c’est qu’il existe un vaccin contre le type C de méningite à méningocoque, et plus il y a d’enfants vaccinés, moins il y a de souches en circulation. Ce vaccin, remboursé par l’assurance maladie, permettrait donc d’éviter de nombreux cas , mais il est encore trop peu utilisé.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.