Dernier passage dans le var, avant de découvrir un autre terrain de jeu dans le Gard

L'association qui oeuvre en faveur du maraîchage et de l'agriculture urbaine vient de fêter sa première année d'existence à Toulon  

Elise, correspondante de Carnets, parle de sa jeune association "novatrice" adhérente de REVES (pour Réseau d'Education Varois pour l’Environnement et la Solidarité): le Maraich'. Proche de l'Amap, elle présente quelques atouts supplémentaires puisque chaque adhérent bénéficie de 3 heures d'ateliers jardinage par mois en plus du panier bio hebdomadaire. Novices ou amateurs éclairés, tous les membres sont accompagnés par des professionnels de la graine à l'assiette. 

Les invités du jour, direction Lorgues 

  • Françoise Feminier, co-fondatrice avec Louis, son mari, de la coopérative d'habitants d'Oasis 
  • Jacques Rebière, président de l'association Ciné-Débats citoyens 

La cerise sur le Gapeau, ou l'art du jeu de mot d'un magasin coopératif 

Dans la vallée du Gapeau, qui regroupe 5 villages, s'est créé un magasin coopératif La cerise sur le Gapeau. Ce magasin est le résultat d'un collectif d'habitants qui choisissent eux-mêmes les orientations de leur vie dans cette belle vallée du nord de Toulon. Celui-ci suit le mouvement des territoires en transition, et cette association met en lien des centaines de personnes de tout âge et de toutes origines socio-culturelles afin d'apporter une contribution au développement durable de leur territoire. Depuis sa création en 2016, le collectif a permis la mise l'installation d'un maraîcher bio, la mise en circulation d'une monnaie locale (la fève) et la création d'une coopérative d’énergie citoyenne. D'autres projets sont en cours sur leur site

Et aussi : Un éco-hameau, le Bois de Brindilles 

Autre initiative qui s'inscrit elle aussi dans un programme de plus en plus répandu: l'habitat partagé. Cette fois c'est au Cannet des Maures que se prépare la construction de l'éco-hameau du Bois de Brindilles. Un terrain d'un hectare et demi devrait accueillir 14 maisons individuelles et une maison commune, toutes conçues en auto-construction. L'association est propriétaire du terrain depuis 2015, sa viabilité est faite et le chantier est en préparation avec quelques lots à pourvoir. Avis aux candidats. Le nom du Bois de Brindilles est lié à l'histoire d'une femme fantastique, qui, à cet endroit, a consacré la seconde partie de sa vie à héberger des animaux sauvages malades, blessés ou abandonnés. Bel hommage que de reprendre le pseudonyme de ce petit bout de femme extraordinaire. 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter Carnets de campagne Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.