Dans le Pas-de-Calais on restaure plusieurs centaines d’hectares des tourbières à grande échelle.

13 sites natura 2000 des Hauts de France et de Wallonie sont  concernés par cette vaste opération de longue haleine puisqu’elle va  s’étendre sur 6 ans. Matthieu James, coordinateur du programme, baptisé  LIFE Anthropofens, sera notre guide, mais avant cela nous allons tomber  dans une drôle de marmite à Ambricourt.

1ère invitée de ces Carnets, Noémie Hilmoine, responsable de développement de l'association AFIP Le Germoir à Ambricourt.

Même si nous arrivons juste après les semaines théâtrales du château de Mollack qui viennent de s’achever lundi, je voudrais vous conter l’histoire de ce rendez-vous qui a pu en partie maintenir son cap. Nous  sommes dans une commune qui répond au nom de Marquise au cœur de la  communauté de communes de la Terre des Caps entre Calais et Boulogne-sur-Mer, comme le précise Yves, auteur du courrier qui nous a mis en alerte. Yves est metteur en scène et fondateur de la compagnie la  Fabrique de Théâtre qu’il a installée en 2004 dans ce territoire rural.  Des créations au contact des habitants, des ateliers, des résidences,  des rencontres et même une école du spectateur dans le cadre de  conventions multipartites Culture/ Education  Nationale avec les lycées  et les arts de la scène au collège. C’est dans ce cadre que la compagnie  participe aux formations des personnels enseignants. Et puis vient le  projet en 2007 d’investir ce château de Mollack, lieu de patrimoine  dédié à la culture, pour y concocter un festival. Par chance la  compagnie a obtenu des soutiens de la com com (subvention, achats de  représentation ou aides en industrie-en fabrication) ainsi que de la  fameuse commune de Marquise. Comme on ne fait pas les choses à moitié à  cet endroit, la compagnie a passé le relai des semaines à Mollack à un  organisme inédit dans les Hauts-de-France : en bonnes compagnies, nom  bien trouvé pour désigner un collectif de citoyens et de compagnies  théâtrales, collectif qui se réclame des valeurs de la démocratie  participative et de l’économie solidaire. Yves termine son courrier en  nous apprenant qu’il prépare un départ à la retraite, mais espère  vivement que les semaines théâtrales puissent perdurer. C’est tout le  bien qu’on lui souhaite. C’est bien la première fois que m’incline  devant une marquise.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.