Pour ce retour des carnets dans le sillage du jeu des 1000 euros, nous allons partager la semaine entre les nouvelles en provenance du département d’Indre et Loire et les solutions qui ressortent de nos collectes partout en France.

Aujourd’hui nous serons très tourangeaux (c’est plus simple que de dire indroligériens ou pire indréloiriens) avec Sylvain Desclous, cinéaste et auteur d’un documentaire sur une figure du monde rural. Il s’agit de ces personnes qui vivent encore en marge de la société, observateurs ou suiveurs des événements locaux avec un certain détachement comme c’est le cas pour Gérard, acteur ordinaire de ce film tourné dans le village de Preuilly-sur-Claise et qui porte le titre de « La Peau Dure ». 

Nous rejoindrons Sylvain après une première rencontre avec le collectif Ohé du Bateau qui a permis de sauver la salle de concert mythique pour ainsi dire de Tours : le bateau Ivre.

Le nom de cette commune ne passe pas inaperçue : La Riche. D’autant que la ressourcerie locale a pour seule bien, la richesse humaine. Vous me direz c’est l’essentiel. La Charpentière, c’est son nom, a vu le jour ici, dans cette commune désormais intégrée  à la métropole de Tours, en 2014. Sa particularité tient à son intitulé : ressourcerie coopérative d’éducation populaire. Précisions pour comprendre cette appellation, le fond des activités de la Charpentière relève des ateliers qu’elle organise sur la base d’échanges de connaissances et de techniques. Ils se déroulent une fois par semaine sous la conduite d’un animateur artisan ou artiste et permet aux habitants de la métropole de s’initier aussi bien à la réparation d’appareils électriques qu’à la restauration de meubles. La ressourcerie possède une matériauthèque et un espace de vente des objets. L’ensemble s’étend sur 1000 m2. A l’image des innombrables lieux de stockages et d e restaurations d’objets du quotidien, le site de La Riche est la preuve d’une prise conscience des questions environnementales que partagent de plus en plus de personnes. Et le dernier argument avancé par la Charpentière est la nécessité de multiplier les lieux d’expérimentation pratique et de mixité sociale dans lesquels les habitants peuvent s’impliquer. Nous souscrivons totalement à cette nécessité. 

Thèmes associés
(Ré)écouter Carnets de campagne
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.