Troisième étape dans les Bouches-du-Rhône. Je voudrais saluer l’opiniâtreté dont fait preuve l’association « vélos en ville » pour faire respecter le vélo à Marseille et obtenir des pistes cyclables dignes de ce com.

Créé en 1996, ce collectif compte 1600 membres, nombre impressionnant mais qui est aussi à l’échelle de la ville. Vélos en Ville, c’est bien sûr un atelier de réparation et de recyclage (ça me fait sourire de dire recycler la bicyclette), c’est également un(e) vélo-école pour adultes et un organisateur de sorties à  thèmes. L’association participe à des programmes ou projets d’éco-mobilité en ville en apportant son expertise. Seulement les victoires sont longues à venir comme celle que les cyclistes et cyclotouristes attendent des aménagements de la célèbre Corniche Kennedy. La corniche qui surplombe la mer est une sorte de circuit de Monaco marseillais qui laisse peu de place aux vélos et  peu de chance aux cyclistes. Les travaux actuels devraient enfin donner corps à une piste cyclable dès l’été prochain. Une sorte de petite compensation au plan vélo d’antan qui devait permettre la création de la piste cyclable du grand littoral de l’Estaque aux  Goudes. Bon, on ne peut pas avoir la mer et être amer. Quoique.. 

Au menu de ce mercredi : un institut de musiques du monde d’excellente tenue par les formations, les concerts et les classes de perfectionnement qu’il offre à Aubagne. Cet Institut International des Musiques du Monde a été fondé par Margaret Piu-Dechenaux, première invitée. 

Une association indépendante, sans subvention, révélatrice des talents et des solutions de vie et de travail à Marseille, c’est Marseille Solutions représentée par notre seconde invitée, Mathilde Gardien.

Le Rallumeur d'étoiles, café associatif de Martigues

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter Carnets de campagne
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.