Pour cette dernière de la semaine, nous ouvrons une modeste fenêtre sur la journée internationale pour les droits des femmes qui aura lieu comme chaque année le 8 mars, c’est-à-dire dimanche.

Tout au long de la journée, France Inter sous la déclinaison de "toutes féministes" accorde la parole à celles qui militent, luttent et s’activent pour les principes d’égalité et de liberté des femmes en France comme les femmes qui ont pris part à l’expédition scientifique sur la goélette Tara que vous entendrez à 13h30 dans la Terre au carré aux côtés de Mathieu Vidard. 

Donc modestement, les carnets donnent la parole à une femme presque ordinaire dans sa librairie de Rochefort-Montagne dans le Puy-de-Dôme. Un article lui est consacré dans les pages numériques de La Vie. 1ère invitée de ces Carnets, Claire Gourlet, gérante de la librairie café "le chien qui louche"à Rochefort-Montagne.

Et puis nous reviendrons au département de l’Ain pour appeler Charlotte Dementhon, créatrice du blog Tik'Poli pour sa belle initiative civique.

Jean Lou a bien choisi la description de l’association dont il nous transmet les coordonnées : L’AGLCA. C’est une association lieu ressources, écrit-il, sorte de couteau suisse (nous sommes frontaliers dans l’Ain), pour tous ceux et toutes celles qui se lancent dans l’aventure associative. Installée à la maison de la vie associative à Bourg-en-Bresse, l’AGLCA (Agence pour la Gestion, la Liaison et le Conseil aux Associations) organise un parcours d’accompagnement collectif pour mobiliser les bénévoles. Séquencé en 4 rendez-vous et 4 journées, ce parcours débute le jeudi 12 mars par une première session sur le profil du bénévolat (ses motivations, ses freins et son cadre d’engagement). La seconde, le 10 avril, portera sur l’immersion en milieu associatif afin d’en découvrir le fonctionnement, puis le 12 mai autour d’une charte des bonnes pratiques et le 18juin sur la construction d’un plan d’action. Ce parcours s’adresse autant aux bénévoles qu’aux salariés des associations qui souhaitent dynamiser les implications dans ce type d’organisation. 

Une dernière invention pour conclure ces carnets avec extramuros, une start-up campagnarde créée dans l’Ain, à Neyron, en 2018. Animée par une douzaine d’experts en télétravail, cette société a pour but de convaincre les entreprises urbaines (entre autres lyonnaises) à favoriser le télétravail auprès de leurs salariés. L’idée est que ce public puisse profiter un jour ou 2 par semaine d’une place de travail dans un tiers-lieux disposant d’un espace de travail partagé. La condition est que ces lieux se situent à quelques minutes du domicile, soit en zone péri-urbaine soit dans des villages. Redynamiser les centres-bourgs et remettre de l’humain au cœur des entreprises sont les deux principales ambitions de cette start-up. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.