Pour ce dernier survol de l’Aude, nous allons nous inquiéter du sort d’une ruralité des Corbières qui survit tant bien que mal.

Au coeur d’une petite agriculture très paysanne, une association tente d’animer cette zone dépeuplée qui s’accroche à sa faible densité de 4 habitants au kilomètre carré. Cette association baptisée Court-Circuit en Corbières est présidée par Sylvie Seguy qui sera la seconde invitée de ces Carnets.

Autre solution pour désenclaver ces espaces et leur donner un second souffle, l’association de La Tambouille des Initiatives. Présentée dans les pages numériques de La Vie sous la plume de Laurent Grzybowski, cette fameuse tambouille permet d’espérer autre chose que la fatalité qui gangrène certaines campagnes de l’hexagone.

Comme nous allons le voir, le département de l’Aude abrite une nuée de villages minuscules, peu fréquenté (à tort) et surtout à la limite du décrochage. Counozouls en est une parfaite illustration. 48 habitants « tout en haut de la vallée de l’Aude », comme l’écrivent Priscilla, Quentin et Lucas. Nous sommes à la frontière des Pyrénées Orientales. Je cite nos 3 correspondants car ces amis à peine trentenaires sont soucieux de redonner vie à leur village en créant une micro-brasserie qui sera complétée d’un espace de dégustation et d’un espace culturel. Pour mener à bien le projet, les 3 protagonistes soumettent leur programme de création au vote du budget participatif organisé en Occitanie. Le projet qui bénéficié d’un large plébiscite doit subir un second tour de vote au début du printemps afin d’entrer dans la cour des lauréats 2020, dont les noms seront rendus publics en mai prochain. Si vous souhaitez soutenir notre petite bande de jeunes, car ils le méritent, il vous suffit de cliquer ici

Préoccupation des champs et préoccupation des villes. Peu importe qui inspire le plus l’autre. Les batailles pour mieux se nourrir et pour aider l’agriculture à continuer de produire, concernent autant le rural que l’urbain. Version urbaine à Carcassonne, des agriculteurs bio ont ouvert en février 2019, la Borieta, un point de vente collectif qui est membre du réseau Boutiques paysannes. La Borieta qui est ouverte du mardi au samedi de 10 heures à 19 heures, est gérée à tour de rôle par 14 fermes. Les produits vendus, eux, proviennent d’une quarantaine de fermes et d’ateliers d’artisans répandus sur un rayon de moins de 80 kilomètres de Carcassonne. Concernant les boutiques paysannes, une charte a été écrite sur la base de « produits de nos fermes et ateliers, vendus par nous-mêmes ». Elle est en cours de reconnaissance par un organisme de contrôle.

Thèmes associés
(Ré)écouter Carnets de campagne
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.