Nous allons séjourner cette semaine dans un département peu fréquenté par les Carnets depuis leur création : le département de l’Aisne.

Quelques raisons à cela : sa faible densité d’habitants, sa  discrétion face à l’actualité et à sa situation géographique dans la  grande région des Hauts-de-France qui déchire ce territoire entre les  départements nordistes, la Picardie et l’ancienne région de  Champagne-Ardenne. A l’époque de la création  des grandes régions, certaines voix s’étaient fait entendre pour dire qu’elles adhéraient  davantage au projet du Grand-Est.  

Nous ouvrons cette édition par une  histoire touchante d’un très vieux journal local imprimé sur une  rotative de début de siècle (le siècle d’avant, bien sûr). 1er invité de ces Carnets, Dominique Pierru, directeur de la publication du Démocrate de l'Aisne.

Nous appellerons ensuite le co-fondateur d’une entreprise solidaire  d’exception, MicroDON, à qui l’on doit cet arrondi souvent proposé aux  caisses des commerces. Second Invité de ces Carnets, Olivier Cueille co-fondateur de l'entreprise MicroDon.

Dorénavant placé sous la bannière des Hauts-de-France, le département  de l’Aisne bénéficie lui aussi d’un portail régional de l’économie  sociale et solidaire. Pensé par les membres du Siilab, laboratoire  d’innovation publique, ce portail s’ouvre sur un code marque #ESSHDF.  Cette identité collective sert ou doit servir à mieux faire connaître  l’ESS (il y a du boulot), à rassembler tous ceux et toutes celles qui  s’en revendiquent et à valoriser le lien qui unit tout ce beau monde. Je  signale qu’il y a du travail dans la promotion de cette autre économie,  car elle est encore trop peu présente dans le département de l’Aisne.  En quelques mots, les promoteurs de cette marque veulent partager le  logo, les valeurs qu’il incarne et les codes graphiques qui  l’accompagnent avec les associations, mutuelles, coopératives et  entrepreneurs sociaux de la région. Plus la communauté est forte, plus  on parle d’elle et plus elle est inspirante. Le site présente l’avantage  surtout de donner des nouvelles du front actuel (j’emploie le terme  volontairement dans le prolongement de la terminologie guerrière contre  le virus). J’apprends ainsi qu’un premier appel à projets est lancée par  la Fondation Setec. Abritée par la fondation de France, cet organisme  soutient par des dotations les projets qui vont dans le sens de  la transition environnementale. Sont concernés les projets en faveur des  énergies renouvelables, de la gestion de l’eau, de l’agriculture  durable et de la préservation ou restauration des puits de carbone  naturels. Il est possible de déposer son projet via un formulaire en  ligne avant audition des candidats le 16 décembre prochain. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.