Avant-dernier arrêt dans l'Aude

Un festival du carnet de voyage 

Né en 2016 des volontés conjugués de la librairie indépendante Mots et Cie, et de l'association Traces d'errance, ce rendez-vous annuel aura 3 parrains pour sa prochaine édition qui se tiendra du 8 au 10 juin: Cendrine Bonami, Alex Kuo et Simon. Une trentaine d'auteurs-dessinateurs-voyageurs sont déjà annoncés en provenance de France, d'Espagne, d'Allemagne, d'Italie, de Russie, mais aussi de Malaisie et de Taïwan. La partie amateurs sera assumée par l'atelier du mardi de Carcassonne ainsi que par celui de la Maison d'Arrêt auquel s'ajoute l'atelier Carrefour des expressions de Limoux. Ces rendez-vous autour des carnettistes sont assez rares. 

Les invités 

Vous prenez 80 kilomètres de voies ferrées abandonnés, un décor symbolique de cette région, le Canal du Midi, et vous ajoutez le défi de repeupler cet axe d'arbres fruitiers au nom de la conservation d'espèces fruitières anciennes. Ce projet est porté par l'association Atout Fruit dont Solène est une des responsables, et notre première invitée. Dans un deuxième temps, direction Narbonne, pour présenter un lieu alternatif par excellence, L'Assoc'épicée dont Pascal Margand, second invité, est un des membres. 

Une abbaye cistercienne de Villelongue à Saint-Martin le Vieil 

Officiellement, le réseau du pays Cathare recense 21 sites remarquables dans le seul département de l'Aude partagés entre des musées, des cités médiévales, des châteaux et des abbayes. C'est pour l'une de ces abbayes qu'un auditrice de Bretagne en balade vers l'Occitanie, nous avait écrit. Elle témoignait en particulier de la tâche accomplie depuis 1965 par la famille Eloffe qui restaure pierre par pierre la magnifique abbaye. C'est au pied de la Montagne noire, dans la vallée de Vernassonne qu'elle fut érigée. Classée aux monuments historiques en 1916, l'ensemble des édifices se dégradait avant la reprise en main de ce site par une famille de particuliers. 50 ans plus tard, une nouvelle génération s'y investit pour redonner corps à une abbatiale dépossédée de ses toitures, à un cloître original pour ses sculptures gothiques typiquement méridionales et maintenant à des salles capitulaires qui feront l'objet de fouilles archéologiques avant restauration. L'été, on cultive des courges dans les jardins et on assiste à des concerts ou à des déambulations chorégraphiques, littéraires et musicales. Le lieu est sublime. 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter Carnets de campagne Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.