Nous passons la semaine dans l'Hérault, troisième épisode d'un voyage dans le sud

Une étape à venir à Montpellier, lundi 26 Mars à 18h à l'univesité Paul-Valéry, avec une rencontre-débat sur l'intêret général au cœur des politiques culturels. Belle question soutenue par une problématique forte, les organisateurs argumentent ainsi: "Les enjeux artistiques et démocratiques ont de plus en plus laissé place aux enjeux d'attractivité, d'image et de marketing territorial, d'où cette question: l'intérêt général est-il encore au cœur des politiques culturelles?". Ce poil à gratter sera partagé entre Catherine Trautmann, Claudy Lebreton et Xavier Bertrand. Cette rencontre est organisée par une excellente revue culturelle, Nectart, dont le bureau est en Haute-Garonne à Toulouse. 

Les invités du jour 

  • Annick Lombardet, cofondatrice d'un lieu, Cantercel, sorte de laboratoire de l'habitat,en bordure du plateau du Larzac (une page Facebook est également consultable) 
  • Eric Lucas, l'un des présidents de la Cosmopolithèque: immeuble qui abrite à Béziers un d'essaim d'associations. Et pour la page Facebook, c'est par ici.  

Et aussi : La Friche de Mimi 

Ils signent leur courrier par "Les Frichiens". La référence est faite à un mécène, il s'appelait Mimi Vergne, créateur d'un îlot artistique né dans les années 2000 dans le quartier populaire de Figuerolles à Montpellier: La Friche de Mimi est, dès le départ, un lieu d'accueil et de structures culturelles et artistiques. Sur le principe "D'être ensemble" , dans un lieu dit intermédiaire, l'îlot aurait pu continuer à gonfler ses équipes et s’adjoindre à d'autres projets. Malheureusement à la disparition du fameux Sieur Mimi, le collectif est condamné à quitter les lieux faute de soutiens publiques. Le site de la friche signale que Montpellier est toujours passé à côté de l'histoire des friches artistiques. Seulement l'aventure ne s'est pas arrêtée en si mauvais chemin, puisque l'association de la friche a trouvé un nouvel allié dans un entreprise privée de carrelage basée à Lavérune, commune limitrophe de Montpellier. Des anciens entrepôts de fabrication sont aussitôt réhabilités grâce à un prêt que la friche contracte auprès de la société et une seconde vie démarre avec la même éthique de lieu intermédiaire où chacun peut se nourrir du travail des autres dans une parfaite transversalité. Cela donne un espace qui n'est ni du théâtre ou une salle de concert, ni un bar, mais un lieu interchangeable selon les projets et les saisons. Aujourd'hui le collectif cherche de nouvelles structures culturelles ou artistiques désireuses d'intégrer ce lieu à fort potentiel de développement.  

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.