Retour en Seine-Maritime. Rouen, Dieppe, le Havre et près d'1 million 260000 habitants.

Depuis 2005, le conseil départemental a adopté un logo plus épuré que le précédent représentant deux personnages en suspension au-dessus des vagues et séparé d’une ligne blanche au centre. Une évocation de l’égalité et de l’ancrage territorial des habitants, mouais. Avec ses deux vagues en bas de logo, je voyais cette ligne verticale proche d’un mat d’éolienne offshore. Pourquoi pas puisque la création d’un parc éolien au large de Fécamp est dans les tuyaux depuis plusieurs années. Des associations s’étaient émues des conséquences de cette immersion comprise entre 13 et 22km des côtes sur la faune marine et les oiseaux migrateurs. Un recours contre le projet a été rejeté en appel en juin dernier par la cour administrative de Nantes. Si le projet est effectivement réalisé, les 83 éoliennes devraient couvrir les besoins en électricité de 770 000 personnes, soit 60% de la population de Seine-Maritime comme le soulignent nos confrères de Ouest France. J’ajoute, à la nuance que cette production n’ira pas directement dans les foyers du département.

Deux nouvelles initiatives encore inédites dans les Carnets à l’ordre du jour. Tout d’abord une société de production de films environnementaux bien ancrée dans son territoire du pays de Bray. Elle s’appelle Beaubec Productions et sa présidente, Marie Benoît, nous attend au bout du fil et puis, une association qui utilise la musique et la pratique instrumentale comme un vecteur du bien-être collectif. Il s’agit d’Agogô Percussions fondée en 1988 à Maromme. Son secrétaire, Laurent Caillaud, sera notre second invité.

La Seine-Maritime suit le mouvement très partagé en ce moment d'ouverture de ce que l'on appelle généralement les tiers-lieux. Celui du Kaléidoscope à Petit-Quevilly aux portes de Rouen est exemplaire.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.