Aujourd’hui ce sont deux parcours de vie qui sont convoqués. Les deux ont en commun d’avoir connu un changement de vie et de travail. Les deux ont évidemment en commun de dérouler leur fil dans le Loir et Cher.

Le premier est celui de Brigitte qui abandonne Paris après 35 années de vie dans la capitale. 

Le second parcours est celui de Patrick Maliet, créateur du Jardin d'Anthémis, qui, après une trentaine d’année de travail dans une exploitation agricole, a choisi la liberté et surtout le respect le plus complet des sols qu’il cultive près de Millançay. 

On commence par Brigitte Pougeoise, responsable de l'association Louhenrie

Dans la catégorie retour au source et plus authentique de la vie, Camille et Mathieu sont en bonne place. Ils écrivent depuis Choue, 530 habitants dans le vendômois, à la « petite bulle d’air radiophonique » des Carnets. Merci. Nos correspondants ont donc inventé une drôle de machine : la Roulangerie. On comprendra qu’il est question d’une boulangerie roulante, disons plutôt d’un fournil ambulant. Totalement auto-construit, le fournil boulanger permet à Camille et Mathieu d’intervenir sur les marchés, dans les événements publics, les festivals ou sur la place principale des communes du département. Tout est vrai, fait main, à l’aide de ce four à bois : farines biologiques, levain naturel et ingrédient locaux et de saison. Les pains embaument les entrées d’immeubles ou les marchés. On y cuit aussi des pizzas. On peut mettre la main à la pâte si on le souhaite. Pour aller plus loin, la Roulangerie propose des ateliers pédagogiques et des animations autour des questions d’alimentations. On retrouve nos boulangers non loin de là un mardi sur deux à Saint-Agil, on reste dans les collines du Perche, dans l’épicerie associative locale : les pains perdus. Selon Camille et Mathieu, Saint-Agil profite d’une dynamique locale qui transfigure  ce village de 250 habitants  avec un espace de co-working, l’arrivoir, une compagnie de cirque, le cheptel aleikoum, une sellerie traditionnelle percheronne, qui s’appelle tout simplement la sellerie percheronne et une compagnie de théâtre, le théâtre de l’Echalier. Ça donne envie d’aller y passer quelques jours. 

L'épicerie associative et participative de Thoré la Rochette: le Comptoir des Cocottes

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.