La nuit tombe sur Grigny-Ris et Evry
La nuit tombe sur Grigny-Ris et Evry © tongeron91

Anne Charpy (En partenariat avec le magazine LA VIE)__

fondatrice, directrice de Voisin Malin.

Voisin Malin innove en valorisant des ressources d'habitants pour leur quartier, selon un modèle économique pérenne.

L’idée lui est venue au Chili, au début 1990, où Anne a rencontré dans les quartiers populaires de Santiago, des femmes micro entrepreneurs, toutes heureuses d’acheter leur outil de production (scie, machine à coudre, etc.) et qui rameutaient tout leur voisinage pour en parler et les convaincre d’en faire autant. Une fois rassemblées, elles ont pu s’organiser face à la municipalité pour demander des locaux, ou avoir plus de visibilité. Anne a été très frappée par le dynamisme de ces personnes qui, à partir de leur expérience de microcrédit, ont souhaité que d’autres en profitent. Anne Charpy, persuadée que « nous aussi en France nous avons des personnes dynamiques, qui voient l’avenir d’une manière positive", pense alors que " l’avenir de notre pays, dans les quartiers où la vie est compliquée, ce sera de s’appuyer sur ces personnes et de les mettre en avant ». Elle se forme donc pour aller travailler dans ces quartiers, en tant qu’urbaniste.

A la fin des années 2000 elle réalise que bien que beaucoup d’argent public ait été investi pour changer ces quartiers, beaucoup d’habitants se replient sur eux-mêmes, par manque de confiance dans les institutions.

C’est alors qu’elle imagine un "Service de proximité pour les habitants, par les habitants". Elle identifie des habitants dynamiques, charismatiques et les forme pour servir de mobilisateurs auprès d’autres habitants, pour aller à la rencontre des voisins et leur donner des infos très concrètes, afin que ceux-ci se sentent davantage capables d’agir et de régler des problèmes concrets (santé, administratifs) ; ainsi elle espère recréer de la confiance dans le quartier.

Voisin Malin offre une professionnalisation de ces médiateurs : contrats de travail CDI, à temps partiel, en complément d’une activité principale, à raison de 15h/mois.

Pour mettre en place l’initiative, le maire doit être volontaire, même si l'association est indépendante des pouvoirs locaux.

Fondée il y a 4 ans, elle compte 50 "voisins malins" (dont 80% de femmes).

Frédéric Antoine

cofondateur de La Marche de la Bièvre.

Affiche Marche de la Bièvre 2015
Affiche Marche de la Bièvre 2015 © Radio France

Créée il y a 33 ans par trois jeunes de 17 ans. Cette marche a pour but de remonter les 40 kms de la petite rivière Bièvre, de Paris jusqu’à sa source à Guyancourt.

L’association, indépendamment du plaisir de la marche qu’elle offre aux participants, veut aussi faire connaitre et aimer ce seul affluent de la Seine présent dans Paris, dont la moitié du cours (de Paris à Verrières) a été enterré pour cause de pollution, l’autre moitié étant à l’air libre, dans une belle vallée.

Aujourd’hui cette marche qui se déroule au printemps est divisée en trois parcours : "la marche à la lune", "la marche à l’aurore", "la marche au soleil". Elle regroupe plus de 2000 marcheurs ; 120 bénévoles s’activent pour son organisation et son déroulement.

Le départ de la "33e Marche de la Bièvre" a été donné le samedi 18 avril à minuit, sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Cette année, les marcheurs ont remonté l'intégralité du cours de la Bièvre, depuis la Seine jusqu'à sa source naturelle à Bouviers et même au-delà, après l'étang des Roussières, pour terminer leur randonnée à Guyancourt. Cinq départements ont ainsi été traversés en longeant le plus souvent possible le cours de la rivière.

Les liens

Les carnets citoyens du mag La Vie - Anne Charpy "En Ile-de-France, des voisins malins au service des quartiers."

Association Terre & Cité - Pays de Saclay

COLOS - COLlectif Oin Saclay

La page facebook des "Carnets de campagne"

Le blog de Philippe Bertrand, une suite plus personnelle aux "Carnets de campagne"

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.