Pour cette dernière en Meurthe-et-Moselle j’ai à vous soumettre encore une rareté. Il s’agit d’un tiers-lieu (ça c’est moins rare), mais totalement dédié aux musiques actuelles.

Ce tiers-lieu comprendra une salle de 200 places destinée à la diffusion et à la pratique instrumentale, des studios de répétition et un espace de travail partagé. Le site est à Blénod et devrait entrer en activité vers l’automne 2020 sous le nom de La Cheminée en référence à l’usine dans lequel il va prendre place. 

Mais tout d’abord une histoire pas comme les autres pour améliorer les relations au sein d’un collège à Longwy et vous risquez d’être surpris par l’initiative. Première invitée, Valérie Mayere, principale du collège Vauban à Longwy. Je vous conseille suite à cet entretien la lecture de l’article que Laurent Grzybowski consacre à ce collège dans les pages numériques de La Vie

Et voici une invention qui agit en faveur des personnes en quête d’emploi ou de réorientation de leur vie professionnelle. On la doit à l’association Tous repreneurs et à son fondateur Radoine Mebarki. Responsable d’une agence immobilière et professeur vacataire à l’IUP de Nancy, ce jeune directeur de société a été interpellé par un constat d’avenir qui prévoit que 600 000 entreprises seront à reprendre dans les 5 ou 10 ans en France. D’un côté, des personnes en reconversion et des demandeurs d’emplois, très nombreux et de l’autre des banques toujours frileuses pour soutenir la création ou la reprise d’entreprises locales. Le programme Tous repreneurs consiste à créer un parcours d’aide à la reprise d’activité en s’appuyant sur l’accompagnement par des experts du monde de l’entreprise. Là où le projet étonne et détonne, est qu’il s’inspire « des codes de la télé-réalité » (sic). Concrètement un bus s’arrête dans les villes et villages et il propose de participer à une sorte de casting télé. Autrement dit les personnes accueillies sont préparées à pouvoir pitcher leur projet, une fois le parcours d’accompagnement réalisé. Le dispositif paraît surréaliste et pourtant il est en train de faire ses preuves. L’acte final est de rendre les projets soutenus finançables par les banques. Je vous laisse juger par vous-mêmes.

Je voudrais terminer par une note d’intelligence humaine : A Nancy, il existe un Ehpad un peu différent des autres. La Maison de retraite Simon Bénichou est un établissement associatif pour ainsi dire historique au cœur de la ville. En 2014, cet Ehpad prenait un virage « écolo » comme le confiaient nos confrères de Reporterre avec la création d’un poulailler dans le cadre d’un chantier de réinsertion de jeunes d’un réseau éducatif spécialisé. En lien avec des amaps locales, le jardin de la maison s’est transformé en lieu de vente de produits animé avec les pensionnaires. Les écoles du quartier sont entrées dans la ronde. Jeunes et vieux partagent des moments de vie qui ont ouvert la maison sur l’extérieur. A ce qu’il paraît, là-bas,  la fin de vie n’est plus la même. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.