Nous sommes à partir d'aujourd'hui dans le Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire. Trois bassins de vie disposent du principal tissu économique de ce département : Blois, Vendôme et Romorantin-Lanthenay.

La partie rurale se partage les activités agricoles et viticoles et l'accueil touristique, tourisme qui est le septième portefeuille du département. A Blois, justement, le coworking s'invite à nouveau depuis peu avec L'Hôte Bureau. Gérée par une association, cet espace de travail partagé est ouvert sur le monde associatif de l'ESS locale, comme l'écrit Natacha (les meubles sont conçus par des entreprises solidaires et les ordinateurs fournis par la ressourcerie blésoise). Il existait déjà un espace de travail au sein de la pépinière d'entreprise installée rue de Bégon, mais L'Hôte Bureau se veut plus souple encore, plus collaboratif et plus ouvert sur la ville avec des animations et expositions d’artistes. Comme le principe de ces espaces attire de plus en plus d'indépendants, en à peine cinq ans, la région est passée d'un seul espace de travail partagé à vingt-et-un.

Les invités du jour

  • Jade Doré, pour l'atelier des Talents croisés, porté par la Chambre des métiers de l'artisanat. A l'image du coworking, cet atelier rompt l'isolement et croise les compétences. Contact : jdore@cma-41.fr
  • Jacques Garcia, que vous avez le droit d'appeler Black Jack. Il est promoteur depuis quarante ans du blues en France et a ouvert à Châtres-sur-Cher sa Maison du blues, bientôt agrémentée d'un musée

Et aussi

Charlotte nous conte aujourd'hui l'histoire d'un jeune réalisateur de films documentaires parti tourner au bout du monde pour le compte d'une fondation new-yorkaise. Il s'appelle Nils Aucante et il était encore il y a peu au Mexique pour réaliser un film sur la reconstruction du pays après le séisme de septembre. Et puis il a renoué avec l'apiculture en réalisant Ça chauffe pour les abeilles, film primé dans plusieurs festivals et portant sur la réalité de l'apiculture sous d'autres latitudes (Haïti, Honduras ou Etats-Unis). L'apiculture encore, mais cette fois dans une ferme familiale à Yvoy-le-Marron. Ce retour a été préparé pendant deux ans afin de redonner vie aux 40 hectares de la ferme après avoir obtenu un brevet professionnel de responsable d'exploitation agricole et suivi une formation en apiculture. De plus, le cinéaste paysan élève des moutons de race solognote. La Nouvelle République, qui lui consacrait un article le mois dernier, en comptait plus de 80 et quelques 120 ruches en Sologne. 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter Carnets de campagne Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.