Le dénominateur commun des deux principales initiatives du jour est le regroupement d’activités réalisé par des associations locales.

La  première va nous conduire dans le pays basque dans une zone en marge du  monde économique et urbain dans la Soule. Aux portes du pays basque et  du Béarn, nous faisons étape à Barcus. Mathilde Agor, animatrice territoriale à l'association Barkoxe Bizi est notre première invitée.

La deuxième nous entraîne en  Gironde à Castillon-la-Bataille et dans une communauté de communes où le  manque de culture est criant. Un rendez-vous festif est programmé le 24 juillet pour lancer le projet dont Davy Gorchon, membre fondateur de l'association Le Maximum et second invité de ces Carnets va nous parler.

Merci à Sylvain, correspondant des Carnets et technicien paysage et environnement à Azay-le-Brûlé (Deux Sèvres), pour son alerte sur une  formation organisée par le Domaine de Chaumont-sur-Loire. Je rappelle  que ce domaine de 32 hectares  associe art et jardin et son festival des  jardins 2021 vient de débuter. Outre ses parcs et jardins fantastiques  avec des installations plastiques venues du monde entier, le jardin  organise des sessions de formation. Celle conseillée par Sylvain  concerne les enjeux publics dans la création de jardins partagés. Qu’on  les appelle collectifs ou partagés, ces jardins sont de plus en plus  nombreux dans les villes ou en périphérie de celles-ci dans un besoin de  rapatrier un peu de nature vers les agglomérations. Les enjeux sont  sociaux, pratiques (le jardinage est un art à part entière qui  s’apprend), économique (il s’agit de retourner à une production  alimentaire maîtrisée et de proximité) et évidemment écologique. Les 17 et 18 juin le domaine organise donc deux jours de formation autour de  ces jardins partagés de l’intention à la réalisation. Il s’agit de  maîtriser les différentes typologies de jardins, d’acquérir une  méthodologie de montage d’un projet dans un espace urbain et  d’appréhender les techniques de concertation avec les habitants. Le  public visé est celui des élus, des responsables et agents des espaces  publics, des associations et bien entendu des paysagistes et des  urbanistes. Cette formation n’est pas la seule dans le programme de  l’année, mais celle-ci répond aux multiples  projets actuels qui se  tissent autour d’une coopération entre citoyens, associations et  collectivités.  Et merci à Sylvain pour le tuyau.

L'équipe
Thèmes associés