Pour cette première émission de la rentrée radiophonique, Philippe Bertrand s'est entretenu avec une jeune paysanne, Claire Desmares-Poirrier, néo-rurale et activiste de la ruralité positive. Elle est l'auteure de l'ouvrage "L'exode urbain : manifeste pour une ruralité positive".

Partir de la ville pour la campagne : une manière d'aller mieux et de vivre de l'essentiel ?
Partir de la ville pour la campagne : une manière d'aller mieux et de vivre de l'essentiel ? © Getty / the_burtons

Cela fait 10 ans que Claire est partie de Lille. Elle a passé son enfance à la campagne puis est venue à la ville pour faire ses études. Après une longue période urbaine, elle a remis en question sa manière de vivre, réflexion qu'elle a eue avec son conjoint, Adrien. Elle s'est ensuite installée en Ile-et-Vilaine, où elle a ouvert une ferme grâce à du financement participatif. Elle y a développé des activités liées aux plantes aromatiques et gastronomiques tout en créant un café-librairie. 

"Oui, mon point de vue, c'est qu'il faut quitter la ville. Et ce livre, c'est un appel à l'exode urbain, à ce qu'une génération se saisisse de ce qu'impliquent les conséquences du changement climatique sur nos vies. Et à ce qu'on imagine une autre manière de vivre et surtout, avant tout, une autre relation au territoire".

Ce que vous rapportez, c'est que 35% de la population française vit en zone rurale, où on trouve 36% des emplois.

Claire explique que ce sont des idées préconçues qui empêchent beaucoup de partir en zone rurale. On a encore en tête en effet, un schéma qui date des Trente Glorieuses, de la période de l'exode rural, où l'on disait aux jeunes "Va à la ville, tu pourras y faire des études et tu trouveras du travail, car il n'y en a pas à la campagne". Pour l'autrice, c'est un schéma à déconstruire pour pouvoir se projeter dans les territoires et zones rurales. 

La ville n'est plus pourvoyeuse d'emplois. Elle est aujourd'hui plutôt un espace de concurrence où le nombre d'emplois par actifs n'est pas suffisant.

Le Covid-19 a également son importance dans ce départ en zone rurale. Le virus circule plus en ville, car la densité de population y est plus importante. Cela a été pour beaucoup une motivation de plus pour partir des zones urbaines. Claire rappelle que "cette densité de population implique des choses en termes de santé, de pollution, de qualité de vie, de bruit".

Le sentiment de vulnérabilité en ville est très fort. Il y a un appel de la campagne comme un espace qui serait rassurant et qui serait un espace sécurisant. 

Claire raconte également les réflexions qu'elle a pu avoir après son installation : "Il se trouve que nous, on a fait le choix d'être paysan. [...] Deux tiers des paysans en France sont en-dessous du seuil de pauvreté. Donc oui, effectivement, s'engager pour prendre le chemin de la vie paysanne, ce n'est pas une réussite qui repose sur le salaire qui tombe à la fin du mois. C'est clair et net. Mais ce que j'interroge, c'est que signifie la réussite professionnelle ? Qu'est-ce que c'est réussir sa vie ? Effectivement, dans ma vie d'avant, je pouvais gagner beaucoup plus d'argent chaque mois. Mais aujourd'hui, j'ai une autre forme de satisfaction et de rétribution, qui n'est pas seulement la rétribution financière". 

Comment rééquilibrer la balance entre urbanité et ruralité ? Entre le centre et les périphéries ? Ecoutez la discussion entre Philippe Bertrand et Claire Desmares-Poirrier dans la suite de l'émission.

Résumé du livre (par la maison d'édition) :

Quotidien éreintant, coûteux, incitations à la consommation omniprésentes, des liens sociaux superficiels, souvent bien loin de la vie que l'on a pu idéaliser... Quand tout s'accélère autour de nous, on se sent parfois dépassés, pas à notre place, pris dans le tumulte de la productivité et de la consommation de masse.

Dans ce petit manifeste de la ruralité positive, Claire Desmares-Poirrier partage ses réflexions et son parcours d'ancienne urbaine, en quête d'un projet de vie qui fait sens, et de nature.

L'exode urbain : manifeste pour une ruralité positive, paru le 18 août aux éditions Terre Vivante

L'équipe
(Ré)écouter Carnets de campagne
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.