Dernier tour de piste des initiatives et des solutions dans le département des Yvelines.

Du côté de Saint-Quentin en Yvelines et de Versailles grand parc (un auditeur nous a envoyé un témoignage qui débute par «à Versailles, il n’y a pas que le château »), on met les bouchées doubles en particulier en ce qui concerne l’ouverture de Fab lab, ces lieux où des professionnels et des amateurs se croisent pour perfectionner ou aborder l’usage des outils numériques. Pas moins de trois Fab Lab ont vu le jour ces derniers temps grâce à l’association HatLab cofondée par Arnaud Sauzéat qui sera notre second invité. 

Pour commencer un bel exemple de la dynamique qui souffle sur Mantes La Jolie, plus Jolie que vous ne le pensiez. A lire l’article de Laurent Grzybowski dans les pages numériques de La Vie. 1er invité de ces Carnets donc, Stéphane Gombert, co-directeur du Collectif 12, espace de création à Mantes La Jolie.

Mauvaise nouvelle : l’université a perdu un professionnel. Bonne nouvelle : la paysannerie a gagné un actif. L’ancien universitaire « qui a viré au maraîchage bio et à la boulangerie au feu de bois » comme le précise un courrier que nous avons reçu récemment, se prénomme Nicolas et il s’est installé dans la ferme d’Heurteloup à Arnouville les Mantes. Une ferme d'une nouveau type pour ainsi dire avec des programmes multiculturels, des chambres d’hôtes, des légumes en vente dont les acheteurs sur place sont en partie libres d’estimer le prix et des pains qui flattent le palais ici dans la ferme mais aussi dans la boutique du 9ème arrondissement. L’autre singularité de la ferme est d’être sous forme participative à l’image des magasins d’alimentation participatif : on peut récolter ses légumes, aider à tenir la boutique et faire ses courses moins chères.  

En janvier 2016 une épicerie locale ouvrait ses portes à Châteaufort dans les Yvelines suite à une plateforme informatique développée par des adhérents de l’association de l’Epi. A partir de cette première création, la plateforme a évolué pour permettre une utilisation partagée. Ainsi d’autres épiceries Epi ont vu le jour. La plateforme Mon épi est ainsi à la portée de tous les collectifs qui souhaitent créer une épicerie participative respectant les statuts de départ : une hiérarchie à plat, une présidence tournante et un seul niveau de salaire. Les achats groupés par la plateforme réduisent les charges et les coûts et par ce concept il n’est pas demandé aux adhérents de s’engager financièrement ou de participer aux frais de gestion de l’épicerie. 

Programmation musicale
Thèmes associés
(Ré)écouter Carnets de campagne
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.