En Charente-Maritime, cabane de pêche sur pilotis
En Charente-Maritime, cabane de pêche sur pilotis © photophilde

Avec, aujourd'hui :

Véronique Ferreira

Maire de Blanquefort (33290)

https://www.facebook.com/blanquefort

La Ville de Blanquefort a rejoint le réseauCittaslow international en 2012, le réseau des villes "où il fait bon vivre".

En ce qui concerne Blanquefort, le jury a notamment été sensible à l’harmonie de la ville ainsi qu’à l’équilibre qui a su être trouvé entre les espaces naturels (2/3 du territoire), les espaces urbanisés (1/3 du territoire), la zone d’activités économiques qui emploie environ 6 000 personnes et les efforts fournis par la municipalité pour préserver l’identité de Blanquefort.

De nombreuses initiatives municipales remarquables à Blanquefort

Dont la création de l’Atelier des Mobilités Modernes en mai 2011. Cette structure propose des vélos de prêt, des stages de remise en selle, une « vélo-école » (initiative récompensée en 2012 par le « Guidon d’or » attribué par la Fédération Française des Usagers de la Bicyclette - FUB - qui met à l’honneur chaque année des initiatives ou réalisations exemplaires).

La politique du « bien manger »avec la création en 2009 de l’Atelier de Cuisine Nomade qui est un véritable succès. Il s’agit d’un chantier formation qui concourt à l’éducation au goût et la prévention en matière de santé permettant à des demandeurs d’emploi aquitains en recherche d’insertion durable de suivre une formation courte et pratique en se formant aux métiers de la cuisine nomade.

En septembre 2014, la ville a lancé le 1er festival « toques de rue » avec les anciens élèves de l’Atelier de cuisine nomade qui sont venus présenter leurs plats et donner des conseils aux habitants.

En ce mois de novembre et à l’occasion de la réouverture du Pôle culturel de nombreuses manifestations et rencontres se déroulent jusqu’au 29 novembre.

Mélanie Lucy

Animatrice pédagogique__ Ferme de la Gravelle

05 16 22 45 25 / 06 76 28 87 69

https://www.facebook.com/ferme.delagravelle

La ferme de la Gravelle __ se situe à Mortagne-Sur-Gironde, ville rurale sur l'estuaire de la Gironde. La ferme se trouve sur une ancienne usine : une cimenterie abandonnée lors des révoltes ouvrières de 1936. Dans les années 1970, un éleveur de brebis achète ce domaine et aujourd'hui, sa fille, Régine Boisseau a repris l’exploitation. Depuis une dizaine d'années, différents bâtiments ouvriers ont été réhabilités afin d'en faire des lieux d'habitation et de recréer un village autour de cette ferme. Un paysan boulanger et un maraîcher ont été installés par Régine Boisseau afin d’étendre l’activé agricole de la ferme et de faire perdurer celle-ci sur la Gravelle. Cette "ferme-village" n’abrite pas que des agriculteurs et sept logements sont actuellement occupés. La ferme-village est vivante, sont accueillis tout au long de l'année des scolaires, du public en situation de handicap, des vacanciers dans les gîtes rénovés à cet effet ou sur le camping à la ferme. Des stages autour de la musique et de la nature sont également organisés en ce lieu. D'ailleurs, l’été dernier fut l’occasion pour Jean- Paul Jaud de tourner une partie de son prochain film : Libre ! Une des volontés ici est de faire de ce lieu un laboratoire à idées pour repenser la place de l'agriculture dans la société et la place de l'agriculteur dans l’agriculture. Beaucoup d'activités sont possibles, il ne reste plus qu'à les imaginer. L'usine en elle-même reste à rénover afin de pouvoir continuer à développer celle-ci. Sur la ferme-village, une association a également élu domicile :L’association Graines d'Estuaire __ qui œuvre pour le développement de la zone rurale qu'est l’estuaire de la Gironde.

Les liens

Graines de troc - "Une autre façon de s'échanger graines et savoir-faire." "C'est une plate-forme en ligne où chacun peut proposer et échanger ses graines, en constituant tous ensemble une collection commune. Chaque envoi de graines permet d'obtenir un jeton et donne la possibilité de choisir parmi les variétés de la collection.Le troc, c'est l'occasion de partager nos richesses et de faire l'expérience d'un autre mode d'échange.C'est celle aussi de sortir nos graines des placards. Toutes ont leur place : les variétés introuvables mais aussi les plus communes, les anciennes et pourquoi pas d'étonnantes inconnues.Avec ces gestes simples, vous défendez ce que nos ancêtres nous ont transmis. Nous soutenons les collectifs qui se mobilisent pour défendre la biodiversité cultivée, contre ceux qui confisquent le vivant et l'uniformisent à outrance.Il s'agit également de relayer les indispensables trocs locaux, et de les connecter dans une dimension un peu plus grande."

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.