Pour cette semaine de reprise, nous rappelons quelques bons principes relevant de l’économie alternative, sociale et solidaire.

L'ESS crée des emplois locaux et non délocalisables, elle participe au bien  vivre ensemble, elle ne vise pas l’enrichissement mais prône une équité  homme-femme et limite l’écart des rémunérations et enfin, elle procède majoritairement par décisions et choix partagés  entre toutes et tous au sein d’une même organisation, qu’elle soit  association, coopérative, mutuelle ou fondation. Avec de telles valeurs,  les candidats aux métiers qu’elle recouvre sont de plus en plus nombreux. Un enseignement supérieur s’imposait. Celui-ci  commence à se développer en France. C’est le sujet de ce jour avec notre invité, Michel Abhervé, membre du RIUESS (Réseau Interuniversitaire de l'ESS) et rédacteur du blog d'Alternatives économiques.

Un exemple concret d’utilisation des outils modernes à l’économie sociale et solidaire. Cela se passe dans les Côtes d’Armor depuis 2014  grâce à une start-up sociale basée à Lannion : Local4people. Sa première œuvre fut la création d’un réseau social local : vivredansmaville.com. Cinq ans plus tard, la plateforme ressert ses missions autour des échanges de service entre habitants. Une monnaie  collaborative calculé sur le temps du service rendu ou obtenu voit le  jour : le CELT. L’adhésion à la plateforme pour une somme modique  garanti un suivi des services et des annonces déposées. Une partie des bénéfices réalisés sera réinjectée dans des projets  locaux. Évidemment si le projet est breton à sa naissance, il est appelé  à devenir national.

Thèmes associés
(Ré)écouter Carnets de campagne
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.