Si les deux sujets de ce vendredi avaient un thème commun, ce pourrait être des rêves devenus réalités.

Le premier concerne  Marie-Line, ancienne cadre parisienne, partie construire sa vie dans une  ancienne ferme du Loiret, le Domaine de Beau Lièvre au milieu de ses roses Centifolia. 

Le deuxième est celui de la célébration de nos retrouvailles après l’insupportable  parenthèse provoquée par l’épidémie sous forme de banquet géant, le plus  fou et le grand du monde. Une idée insensée qui a germé dans la tête  d’Yvan Loiseau. A lire l’article dans les pages numériques de La Vie

Nous avions eu un contact avec un coiffeur du sud de la France, auteur d’un  réseau de récupération des cheveux destinés à la conception de barrières  aquatiques antipollution. Son association, Coiffeurs Justes, fédère 140  salons en France. Une start-up vient  d’emboîter le pas à cette association sous le nom de Capillum et elle a  l’intention de valoriser les cheveux en France et en Europe. Son produit  innovant est la fabrication de paillages destinés au monde du jardin.  La société basée à Clermont-Ferrand vient d’achever un financement  participatif qui a dépassé les prévisions de départ sur Kiss Kiss Bank  Bank dans l’optique d’accélérer la collecte, d’accroître le stockage et  de renforcer la production. Ce paillage présente l’avantage d’être 100%  biodégradable et de limiter la consommation d’eau dans les cultures.  Pour être également en adéquation avec sa mission sociale, l’entreprise  fait appel à un ESAT pour conditionner les rouleaux de paillage. Cette  matière naturelle pourrait également être utilisée dans la recherche  médicale, ce qui me rappelle que notre vie tient parfois à un cheveu. Pour information, ce sont 4000 tonnes de  cheveux qui sont jetées chaque année en France.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.