A deux jours de la nouvelle année, nous avons toutes et tous l’envie botter les fesses de 2020 qui ne laissera pas beaucoup de bons souvenirs et de préparer 2021 sur de nouvelles bases.

Nous avons entendu dire à maintes reprises, l’après-crise ne peut pas  nous remettre sur la voie du monde d’hier. Fort heureusement, vous amis  des carnets de campagne, vous êtes déjà au courant que le monde d’après  est sur le rail depuis de nombreuses années. La question est toujours  la même : comment donner plus de corps à cette réalité des inventions,  innovations, initiatives, sorte d’armée de l’ombre du mieux-vivre ?  Sociologue et professeur à l’université de Paris, j’ai demandé à Roger Sue s’il acceptait de répondre à cette question ou du moins à ouvrir des  pistes dont nous pourrions profiter en 2021 et plus. 

Roger Sue : le spectre totalitaire. Editions les liens qui libèrent 

Un  premier pas : la journée citoyenne. L’idée est née dans la commune  alsacienne de Berrwiller (1900 habitants) en 2008 lors de campagne des  municipales qui a promu à la tête de la commune Fabian Jordan. Son  souhait était de recréer un  lien entre les habitants et de faire face  au manque de moyens pour entretenir la commune. Il sera donc décidé de  proposer aux habitants de donner un peu de leur temps lors d’une   journée consacrée à un chantier communal. Depuis cette première  expérience chaque année les habitants sont invités à soumettre leurs  idées en fonction des besoins collectifs qu’ils auront identifiés. Un  réseau s’est construit au fur et à mesure des adhésions des communes à  ce programme. Piloté par l’Odas, l’observatoire national de l’action  sociale, la journée citoyenne fédère les communes et les élus porteurs  de l’événement afin de partager l’expérience et faire ressortir une  culture commune et l’entraide. Plus de 200 communes de toutes tailles  ont rejoint le mouvement. Avis aux élus locaux qui souhaitent entrer  dans la ronde. 

L'équipe
Thèmes associés