Dans le Gard on commence par une aventure familiale avant que celle-ci ne soit partagée par d’autres personnes.

Cette collaboration va donner naissance à une un logiciel d’apprentissage de la langue des signes qui se veut le plus complet et le plus efficace possible. L’application s’appelle LSFréviz

Nous serons ensuite à Nantes pour mieux connaître une entreprise originale qui a inventé une scène mobile de musique jazz sous la forme d’un Jazz Truck

Les ressourceries ne cessent de se créer en France. Certaines prennent même une forme éminemment généreuse comme c’est le cas à la Ressourcerie Réa-Nîmes. L’argumentaire envoyé par l’équipe qui signe sous le nom des Grands RRR est éloquent : « Réa-Nîmes, c’est un autre monde possible. Ouverte depuis moins de 3 ans, la ressourcerie est « d’ abord une association polyvalente déjà autosuffisante financièrement. Indépendante et à l’économie solidaire, on y échange, partage, créé des réseaux écologiques en circuits courts et intelligents. Ici pas de hiérarchie et la gouvernance y est partagée ». Pour détailler, outre la ressourcerie, Réa-Nîmes a ouvert des ateliers d’artisans et d’artistes, ainsi qu’une épicerie et une cantine solidaires. En plus on s’adonne à la production maraichère avec la création d’une ferme urbaine citoyenne. Et enfin on fait passer les bonnes idées à travers le micro de l’émission des Grands R. J’ai même oublié au passage la bricothèque qui vient compléter la gamme des services. En moins de 2 ans 3 emplois ont été consolidés. Pas mal pour un début. Dans un même ordre d’idée, mais cette fois sur la base de la gratuité absolue, l’association le goût du partage a ouvert à Saint-Jean de Maruejols une donnerie. Selon Dominique et Pierre qui nous alertaient de cette initiative, les 250m2 investis ne suffisent déjà plus pour accueillir les visiteurs et stocker les objets destinés à une seconde vie. 

C’est dans cette dynamique de sauvetage des économies locales et du bien vivre ensemble, que la foncière rurale et solidaires Villages vivants achète, rénove et loue des locaux pour installer des activités de l’économie sociale et solidaire. Depuis sa création le collectif a accompagné une vingtaine de collectivités et créé 5 activités en acquérant 1380m2 de biens immobiliers. Pour poursuivre ses actions, elle a ouvert un compte sur la plateforme Lita.co afin de collecter de nouveaux fonds. 

Lundi 1er novembre s’ouvrira la conférence internationale sur le climat, la Cop 26, à Glasgow en Ecosse. De nombreuses manifestations sont prévues en parallèle en France dont nous parlerons plus en détail la semaine prochaine. Pour l’instant c’est le courrier de Benjamin que je retiens. Benjamin est un engagé planétaire et un enragé de la sobriété. Son but est de populariser au maximum l’ écologie, celle qui vise les objectifs zéro : zéro déchets, zéro émission carbone, zéro matériel neuf. Ses moyens sont des conférences, des ateliers et des défis comme actuellement de faire le trajet Lille-Glasgow en mixant voile et vélo. Il devrait atteindre la métropole écossaise ce lundi afin d’animer des ateliers avec la fresque du climat (cette approche ludique et pédagogique sur la base d’un jeu de cartes présentant les dernières données du GIEC). Comme la plupart des actions de Benjamin sont placées sous le signe de l’éco-aventure comme il le dit lui-même, il prévoit une traversée du Jura en Ski-pulka (ski et traineau) en janvier pendant 12 jours, puis un Marseille Paris en vélo fin mai et une traversée des Pyrénées en rando en juillet prochain. Chaque défi ou aventure est réalisé en parallèle d’un événement public lié au changement climatique. Vous pouvez suivre les parcours empruntés par Benjamin sur ses différents réseaux

L'équipe
Thèmes associés